Mortalité routière : toujours en hausse en 2016

Par - Publié le

,

,

,

Le ministre de l’Intérieur, Bruno Le Roux, a confirmé la légère augmentation de 0,2% de la mortalité routière en 2016. Au total, 3 369 personnes ont perdu la vie sur nos routes l’an dernier.

La mortalité routière a légèrement progressé en 2016, tout comme le nombre de blessés
La mortalité routière a légèrement progressé en 2016, tout comme le nombre de blessés

Et de trois... 2016 constitue la troisième année consécutive de hausse de la mortalité routière en France. Certes, «modérée» avec 3 369 décès à déplorer sur les routes hexagonales, en hausse de 0,2%. Mais ces résultats restent jugés mauvais au regard des actions engagées par le gouvernement, marquées par les 55 mesures décidées lors du Comité interministériel présidé par le Premier ministre, le 2 octobre 2015.

La mortalité des usagers vulnérables interpelle

A la loupe, c’est la mortalité des usagers vulnérables qui interpelle et explique cette croissance. En effet, l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (Onisr) dénombre  72 décès supplémentaires de piétons (+15%) et de cyclistes (+7%), soit 540 tués. Côté blessés, le nombre d’accidents corporels a progressé de 1,1% avec 57 251 personnes physiquement touchées par un accident de la route. C’est toutefois 14,9% de moins qu’en 2010. Le nombre de blessés hospitalisés (27 214) a, quant à lui,  augmenté de 2,3%, mais c’est également 10 % de moins qu’en 2010. A noter, aussi, une autre source d’inquiétude dans la segmentation opérée des victimes de la route : la hausse de la mortalité des séniors de plus de 65 ans (+6%) avec 47 décès supplémentaires.

Repenser l'analyse des causes

Ainsi, suite à la réunion le 23 janvier 2017 du Conseil national de la sécurité routière, l’association Prévention routière a réagi en annonçant le développement, dès 2017, de nouveaux outils d’observation de l’accidentalité afin de « repenser l’analyse des causes d’accidents et ainsi mieux cibler les actions de prévention ». L’organisme renforcera également ses programmes de sensibilisation auprès des usagers vulnérables. Enfin elle invite les candidats à la présidentielle à intégrer l’insécurité routière dans leurs programmes.

 

Sécurité routière, les chiffres 2016 à retenir : 70% des blessés graves sont des usages vulnérables / Les deux-roues motorisés représentent 43% des blessés graves / Un tué sur cinq l’est dans un accident impliquant un conducteur novice / Les 15-29 ans représentent un tiers des blessés graves

 



Effectuer une autre recherche

Rechercher