Mutex : pourquoi la renégociation entre les mutuelles actionnaires sera rude !

Par - Mis à jour le 03 mai 2016, à 09h 00 - Publié le

,

,

,

,

,

,

L’avenir de Mutex, la société mutualiste spécialisée dans la santé et prévoyance des branches professionnelles et des grandes entreprises, est en discussions. Les grands rapprochements en cours au sein de l'actionnariat de la société anonyme, au premier rang desquels Harmonie Mutuelle, imposent de renégocier les conditions d’un nouveau pacte d'actionnaires.

François Venturini, directeur général d'Harmonie Mutuelle. La première mutuelle santé en France détient à l'heure actuelle 34% de l'actionnariat de Mutex.
François Venturini, directeur général d'Harmonie Mutuelle. La première mutuelle santé en France détient à l'heure actuelle 34% de l'actionnariat de Mutex.
EXCLUSIF  

La situation ne pouvait pas durablement rester en l’état. Mutex, la société anonyme à capitaux mutualistes dédiée aux branches et aux grands comptes créée en juin 2011, aborde une étape cruciale de son devenir dans le paysage des branches professionnelles. Et pour cause : depuis fin 2015, le pacte d’actionnaires de la société mutualiste, considéré comme caduque dans les faits, devait être renégocié par ses membres.

Reprise des discussions

Pour rappel, ce pacte rassemble la première mutuelle santé française, Harmonie Mutuelle avec 34% - par ailleurs détenteur de la minorité de blocage - ainsi qu’un bloc de quatre grandes mutuelles interprofessionnelles (Adrea, Apreva, Eovi-MCD et Ociane) à hauteur de 32,32%. Le solde est détenu par Matmut (4%) – qui est en train de se rapprocher d’Ociane -, un pool de quelque 150 mutuelles interprofessionnelles au sein de Mutex Union à hauteur de 29,3% et Chorum à 0,38% (voir ci-dessous).

Au point mort depuis fin 2015, le dossier Mutex redeviendrait un sujet de préoccupation. Et pour cause : selon les informations recueillies par l’Argus de l’assurance, ses actionnaires ont prévu de se réunir autour de la table, dans les prochains jours, pour reprendre les discussions.

Pourquoi renégocier ?

La renégociation du pacte intervient dans un contexte de rapprochements structurants dans le monde mutualiste qui impose de reconsidérer le poids de chacun des actionnaires. Le regroupement en cours entre Harmonie Mutuelle, Istya et la MGEN, dont l’ensemble pèsera, à terme, près de 5,5 Md€ de cotisations nettes (chiffres du Top 30 de la Mutualité 2015), renforce ainsi le poids du premier actionnaire de Mutex.

De la même manière, Adréa, Apreva, Eovi Mcd et Solimut se sont engagées dans la constitution du troisième groupe mutualiste français avec un peu plus de 2 Md€ de cotisations. Dans une moindre mesure, Ociane et Matmut sont sur le point d’achever leur processus de fusion.

Harmonie Mutuelle en position hégémonique ?

Dans cette nouvelle configuration, Harmonie Mutuelle se trouve incontestablement dans une position d’actionnaire de poids. Selon nos informations, le groupe mutualiste réclamerait une montée en capital de Mutex de 34% à 60%. « Nous verrons l’issue des débats mais il nous semble pas réaliste qu’Harmonie accepte de descendre en-dessous de 51% du capital », confie une source à l’Argus.

Le bloc Apreva, Adréa, Eovi Mcd, qui pèse actuellement 27,72%, souhaiterait pouvoir contrebalancer l’influence d’Harmonie Mutuelle en constituant une minorité de blocage à hauteur de 33,3% minimum. Une manière de se prémunir contre la répétition de l’épisode Total en 2013. A l’époque, Harmonie avait remporté le contrat du groupe pétrolier sans ses associés de Mutex, en partenariat avec Malakoff Médéric, épisode ressenti par certains comme un coup de canif dans le pacte d’actionnaires.

Quant à l’ensemble Matmut-Ociane (8,6% de Mutex), Daniel Havis, président du groupe Matmut ne verrait pas d’un mauvais œil sa participation au nouveau pacte d’actionnaires : « C’est une hypothèse qui ne me déplairait pas même si je n’en fais pas une condition sine qua non », souligne-t-il à l’Argus.

Rachat de parts à Mutex Union ou levée de capital

Reste que pour parvenir à ces nouveaux équilibres, les actionnaires n’ont que deux options à leur disposition : soit consentir à une augmentation de capital. Dans ce cas, chacun devra déterminer son niveau d’implication dans la recapitalisation de la société anonyme ; soit, racheter une partie des parts détenues par Mutex Union, ex-UNPMF qui regroupe quelque 150 mutuelles. Un processus de rachat qui avait déjà eu lieu en novembre 2013 au moment de l’entrée au capital de Matmut.

Quitte à envisager purement et simplement la disparition de cette mutuelle soumise aux dispositions du Livre II du code de la mutualité : « C’est une coquille qui ne sert plus à rien. Cela ne me dérangerait pas qu’elle disparaisse. L’ACPR apprécie peu ce type de structures qui œuvrent dans le cadre d’une convention de substitution », précise Daniel Havis.

Un véhicule qui a prouvé son utilité

Qu’elle que soit la difficulté  et l’ampleur des discussions dans le tour de table, tous s’accordent sur les réussites de Mutex au regard de son positionnement sur les grandes entreprises et les conventions collectives nationales, en particulier issues de l'économie sociale et solidaire.

« Nous avons été recommandés sur 80% des grands appels d’offres de branches », se félicitait François Venturini, directeur général d'Harmonie Mutuelle, en septembre dernier. A la même époque, Patrick Brothier, président d’Adrea, insistait à l’occasion d’une autre conférence de presse sur le bilan  « positif » de Mutex avec «  de beaux résultats sur les branches professionnelles ».

Un calendrier serré

Les actionnaires de Mutex se sont fixé un calendrier plus qu’ambitieux pour aboutir à un nouvel accord. Le résultat de ces tractations seraient attendues au plus tard au 20 juin 2016… Soit avant la date de l’élection de Thierry Beaudet, président de la MGEN, à la tête de la FNMF. D’ici là, « ou bien nous sommes en capacité de bâtir quelque chose ensemble dans Mutex ou bien il faudra trouver une manière de se séparer », rapporte une source.

Mutex : de quoi parle-t-on ?

En 2014, Mutex a réalisé un chiffre d'affaires de 1 103 M€ (hors éléments exceptionnels) et se décompose comme suit :
- Prévoyance collective : 420 M€
- Santé collective : 359 M€
- Prévoyance individuelle : 204 M€
- Epargne/Retraite : 120 M€
Plus de 500 000 contrats individuels et 200 000 contrats collectifs
Capitaux propres : 691 M€ en 2014
Ratio de solvabilité : 619%

Composition de l'actionnariat au 31 décembre 2015 :

 


Daniel Havis

Daniel Havis

Président-directeur général du groupe Matmut

Daniel Havis est né le 31 décembre 1955 à Montauban (Tarn et Garonne).   1976-80 : études de droit des assurances à l'Institut des Assurances de Tours. 1980-83 : employé [...]

Lire la suite
Thierry Beaudet

Thierry Beaudet

Président de la Mutuelle Générale de l’Education Nationale (MGEN) et président de la Fédération nationale de la Mutualité Française

Thierry Beaudet est né le 21 avril 1962 à Domfront. Thierry Beaudet a d'abord rempli différentes fonctions au sein de la MGEN, Depuis 2009 : président de la Mutuelle Générale de [...]

Lire la suite

Effectuer une autre recherche

Rechercher