precedent Suivant C'était en 2015 : les conditions du sauvetage de La Mutuelle des étudiants (LMDE) (E-dossier) 14 / 14

Mutuelle des étudiants : La LMDE placée sous administration provisoire

Par - Mis à jour le 04 juillet 2014, à 17h 17 - Publié le

,

,

,

,

,

La Mutuelle des étudiants (LMDE) a été placée sous administration provisoire par l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR). Anne-Marie Cozien, ancienne directrice générale de la mutuelle de militaires Unéo, a été nommée administratrice provisoire.

Vanessa Favaro, présidente de la LMDE : «Nous allons contester la décision de l’ACPR, par le seul moyen qui est celui d’un appel, non suspensif, en Conseil d’Etat.»
Vanessa Favaro, présidente de la LMDE : «Nous allons contester la décision de l’ACPR, par le seul moyen qui est celui d’un appel, non suspensif, en Conseil d’Etat.»
EXCLUSIF  

En septembre 2013, un plan d’adossement de la LMDE à la Mutuelle générale de l'Éducation nationale (MGEN), qui substitue la LMDE depuis sa création, avait été mis en oeuvre, après son acceptation par l’ACPR, pour résoudre les difficultés récurrentes de la mutuelle étudiante. Au printemps 2014, on apprenait que la mise en œuvre de la convention de délégation de gestion prévue par ce plan était bloquée.

Cette décision de l'autorité de contrôle suspend les mandats des administrateurs de la LMDE. En revanche, Christian Herbère conserve son poste de directeur général.

La décision de l'ACPR contestée

La notification de l’ACPR, reçue jeudi matin par la LMDE, a surpris, d’autant plus qu’elle ne mettrait en cause qu’une problématique de fonds propres, qui n’ont pas été reconstitués. «Nous avons bien un problème d’endettement, mais il a toujours existé, et son impact est réduit par le fait que la mutuelle est substituée par la MGEN», remarque Vanessa Favaro, présidente de la LMDE jusqu’à la mise sous administration provisoire.

«Nous sommes choqués, car c’est la même autorité de contrôle [la CCAMIP à l’époque, NDLR] qui créait il y a 14 ans la LMDE sans fonds propres», déclare Dominique Corona, délégué syndical Unsa (majoritaire).

Pas de signes avant-coureurs

«Nous avions été auditionnés par l’ACPR il y a quinze jours. Jean-Louis Davet [directeur du groupe MGEN, NDLR] avait déclaré qu’il n’y avait pas de problème, car nous combinons les comptes avec le groupe MGEN. La réunion a été courte, et nous étions plutôt confiants», explique Vanessa Favaro. La LMDE était d’autant plus rassurée qu’elle avait obtenu certaines garanties sur le maintien de remises de gestion d’un niveau suffisant par la Caisse nationale d'Assurance maladie (CNAM). «Nous allons contester la décision de l’ACPR, par le seul moyen qui est celui d’un appel, non suspensif, en Conseil d’Etat», ajoute-t-elle.

Contactée par l'Argus de l'assurance, la MGEN a réaffirmé son soutien à la mutuelle étudiante. «Nous avons appris de la LMDE sa mise sous administration provisoire. L’attachement de la MGEN au régime étudiant de Sécurité sociale et à la LMDE est connu. Notre engagement à travailler avec la LMDE pour améliorer sa performance gestionnaire reste intact», déclare Thierry Beaudet, président de la MGEN.

Une campagne d'affiliation menacée

Alors que le fonctionnement des mutuelles étudiantes en général et de la LMDE en particulier a été mis en cause à plusieurs reprises, depuis deux ans, par la Cour des comptes, un rapport sénatorial et des associations de consommateurs, cette dimension ne semble pas être invoquée dans la décision de l’ACPR. La LMDE assurait d’ailleurs récemment que la situation se normalisait.

Il n’en reste pas moins que cette décision de l’ACPR tombe au plus mauvais moment. «A ce stade, l’interrogation porte sur les effets de cette mesure à quelques semaines de la rentrée universitaire», observe M. Beaudet. Outre son impact sur la campagne d'affiliation, cette situation est aussi de nature à relancer le débat et les spéculations sur le devenir du régime étudiant.

Dans un tract, l'UNSA s'inquiète aussi pour l'emploi et critique une décision «mortifère pour les salariés de la LMDE qui se battent au quotidien depuis 14 ans pour faire vivre leur entreprise».


precedent Suivant C'était en 2015 : les conditions du sauvetage de La Mutuelle des étudiants (LMDE) (E-dossier) 14 / 14

5 réactions

Arroseurarrosé | 07/07/2014 - 08H48

A nouveau une décision parfaitement arbitraire et politique prise par l'ACPR, qui plutôt que de laisser le (nécessaire) débat sur la gestion du régime étudiant se faire, choisit la manière forte. D'ici que le Conseil d'Etat ait statué, la LMDE sera devenue une coquille vide, comme d'autres avant elle et ne sera de toute façon plus relançable.

Ceci dit, si la LMDE avait fait preuve d'intelligence et de solidarité lors du pillage de VITTAVI / Landes Mutualité par l'ACPR en 2009 pour dénoncer ce type de mesures iniques,ils pourraient inspirer la même solidarité. A l'époque ils ont choisi d'appuyer une mise sous tutelle aussi arbitraire que celle qui les frappe aujourd'hui, pour des raisons loin du mutualisme... le retour de bâton d'aujourd'hui est donc loin d'être volé !

Signaler un abus |  CITER

Frédo la sécu | 07/07/2014 - 04H49

Il y a longtemps que le régime étudiant devrait être intégré dans les caisses primaires d'assurance maladie pour les prestations de base. Pour la complémentaire, à la concurrence de jouer.

Signaler un abus |  CITER

Contrereac | 04/07/2014 - 22H03

Hey les réacs... Derrière vos commentaires populistes et l'on d'être une généralité, il y a des salariés qui bossent tous les jours pour essayer de rendre le meilleur service possible aux étudiants avec un rémunération bien inférieure aux caisses primaires d'assurance maladie ! Alors avant de proférer de telles allégations, renseignez-vous sur la vraie situation de qualité de service en constante amélioration depuis 1 an !

Signaler un abus |  CITER

Philmo | 04/07/2014 - 14H50

Il était temps ! Cette mutuelle autiste est un vrai scandale mutualiste. Combien de temps perdu dans des files d'attente interminables, à l'extérieur devant des agences très rares sur Paris, 1ère ville universitaire de France ? Surtout, encaissement de nos cotisations mais pas d'affiliation et même contestation de cette affiliation, pas de remboursements, égarement de nos notes de soins sans espoir d'un remboursement futur, pas de réponses à nos courriers, et pas de n° de téléphone à appeler. Pauvres étudiant(e)s pauvres ; c'est la double, voire la triple peine avec la LMDE !

Signaler un abus |  CITER

CF | 04/07/2014 - 11H35

ENFIN l'ACPR se penche sur le dossier "LMDE"! Non seulement elle est dans une situation financière très inquiétante, mais pour ne rien arranger, elle est incompétente en matière de service et d'indemnisation. Une qualité de service déplorable, une gestion pitoyable bref...Malheureusement les étudiants sont contraints de sous soumettre à cette obligation d'assurance maladie spécifique et la seule possibilité qui leur est offerte est le choix d'être rattaché à VITTAVI....en d'autres termes, L'ENFER n'est pas loin.

Signaler un abus |  CITER


Effectuer une autre recherche

Rechercher