Mutualité française des Ardennes : polémique autour du plan social

Par - Publié le

,

,

,

,

Le Conseil général des Ardennes a réagi par voie de presse aux accusations de la Mutualité française des Ardennes (MFA), qui met sur le compte de la politique tarifaire du département le licenciement de 62 de ses salariés annoncé en octobre dernier. Affichant pour 2010 un déficit de 430 000€, l’organisme, qui emploie 372 salariés a fermé son service à domicile, qui emploie 41 personnes,  un cabinet dentaire implanté à Sedan et supprimé 9 postes du pôle hospitalisation à domicile. Deux maisons de retraite situées à Revin et à Charleville seront, par ailleurs, vendues. La MFA impute, en partie, ce plan social aux instances nationales de la Mutualité française, qui a mis fin au versement annuel de 250 000€ jusqu’à présent accordé au titre de la mission fédératrice. Elle met également en cause le différentiel entre le coût horaire d’une prestation à domicile (25,03€ pour les auxiliaires de vie sociale et 19.61€ pour les employés à domicile) et le niveau de prise en charge du département (respectivement 21.71€ et 18.67€). Ces écarts généreraient à eux seuls un déficit structurel de 215 000€ pour l'année 2011. Mis en cause, le Conseil général pointe un dysfonctionnement global de la MFA, qui n’aurait pas évalué correctement la montée en charge de certaines dépenses liées à la dépendance, mais aussi des coûts trop élevés au siège de la mutualité.

 

 



Effectuer une autre recherche

Rechercher