Argus Factory

Affinitaire : Maif lance la première assurance à la demande

Par - Publié le

,

,

,

,

,

,

La mutuelle d’assurance propose, par le biais de sa filiale Altima et en partenariat avec la start-up Valoo (ex-CBien) la première offre d’assurance (affinitaire) à la demande du marché français.

Valoo devient le courtier d'Altima
Valoo devient le courtier d'Altima

« L’immédiateté devient un standard de consommation», explique Pascal Demurger, directeur général de Maif, résolu à être le premier assureur à prendre en compte les nouveaux usages des consommateurs. S’ils veulent contrôler leurs couvertures d’assurance en fonction de leur niveau d’exposition aux risques, seulement pour les objets auxquels ils tiennent, et uniquement lorsqu’ils en ont besoin : Maif l'entend et le leur permet désormais grâce à sa filiale dédiée à l’innovation, Altima. Mais aussi grâce à la start-up Valoo (anciennement baptisée CBien) que la mutuelle niortaise accompagne depuis sa première levée de fonds, en 2015. Après avoir, au total, investi 1,85 M€ dans cette insurtech, Maif fait de Valoo son courtier chargé de commercialiser, en ce mois de mars 2018, la première assurance à la demande du marché français. A ce jour, seule la start-up californienne Trov propose ce type de contrats aux Etats-Unis.

Une souscription en 3 clics à la journée

« Valoo permet historiquement aux utilisateurs d’enregistrer sur notre application les objets importants qu’ils possèdent. Fort de ces inventaires de biens, nous disposons aujourd'hui de 10 millions de références, faisant de nous un super Argus de la valeur de marché des biens matériels. Il était logique de proposer avec un assureur une couverture à la demande, pour une journée ou plus, de certains biens mobiles », détaille David Gascoin, président de Valoo.

Altima, déjà à l’origine de l’offre 4+2 permettant d’assurer sa moto de loisirs les seuls jours de sortie, était tout désigné pour s’atteler au chantier actuariel en 4 mois chrono. Les produits concernés ? Les smartphones, les tablettes, les ordinateurs, les enceintes, les consoles de jeux, les appareils photos, les équipements sportifs (ski,…) et les instruments de musique (violons et guitares) dont la valeur vénale est comprise entre 100€ et 2000€. Cible privilégiée : les jeunes qui n’ont pas d’assurance habitation ou auto, mais possèdent une GoPro à laquelle ils sont particulièrement attachés et susceptibles d’utiliser lors d'un week-end d'évasion ou des séjours touristiques. « Les sociétaires Maif sont déjà couverts via leur contrat habitation et vie quotidienne Raqvam, donc nous sommes dans une logique de conquête », confirme Florent Villain, directeur général d’Altima.

DDA compatible !

Sa structure, composée de 70 collaborateurs, a branché une plateforme informatique à l’application Valoo. Le porteur de risques s’est  chargé de la besogne actuarielle, d'élaborer le système de souscription en ligne « compliance » et la tarification. « Le calcul s’effectue en fonction du couple valeur et catégorie du bien sur lequel on appose un barème de franchises et des hypothèses de fréquence qui déterminent un prix unitaire », précise Florent Villain. Individuellement, ce tarif a vocation à être rentable sans pression de volumes à réaliser. « Nous partons avec un niveau de confiance élevé, mais cela reste du test&learn, personne n’a d’expérience ! », ajoute Pascal Demurger. Il y aurait tout de même une quantité de jours moyens de souscription et une répartition équilibrée des biens qui rentreraient en compte afin de conforter cette confiance.

Gestion de sinistre en ligne

La démonstration est High Tech: l’utilisateur enregistre son produit, sa valeur est estimée, la tarification immédiate en trois clics – 0,19€ par jour pour une enceinte Bose d’une valeur de 130€ - et une rubrique annexe comporte l’Ipid (le document d’information standardisé) détaillant les risques couverts. En l’occurrence, l’objet est remboursé ou réparé en cas d’oxydation, de vol ou de casse. L’offre est donc en conformité avec la directive sur la distribution d’assurance. « Comme il s’agit d’une garantie dommages, nous prélevons aussi la taxe attentat de 5,90€ lors de la première souscription », précise Florent Villain. En cas de sinistre, un chatbot demande la facture, un RIB, la description de l’événement, la déclaration de vol ou l’attestation d’irréparabilité, le tout envoyé par mobile. le remboursement est géré par un gestionnaire de sinistre et peut être quasi immédiat si tous les documents sont fournis. A date, aucun délai de carence n'est exigé, mais en cas de fraude, Altima ne se l'interdit pas. Le client est prélevé pour le nombre de jours cochés où il a souhaité couvrir son bien le 6 du mois suivant. « Nous pourrions, à termes, envisager de nous adosser à un réseau de réparation », glisse Florent Villain.

Valoo commence déjà à faire son buzz avec cette brique devenue essentielle à son offre globale. La start-up a réalisé 317 000 € de CA sur les 12 mois glissant et emploie, en France, 28 collaborateurs.

 


Pascal Demurger

Pascal Demurger

Directeur général du groupe Maif et président de l'Association des assureurs mutualistes (AAM)

Pascal Demurger est né le 15 octobre 1964, à Thizy.   1993-96 : études de droit à l’École nationale d’administration (ENA). Magistrat à la Chambre Régionale des comptes [...]

Lire la suite
Florent  Villain

Florent Villain

Directeur général d’Altima Assurances et directeur marketing du groupe Maif

Florent Villain est né en 1980. 2002 : maîtrise de sciences de gestion (MSG) de l'IAE de Tours. 2003 : master stratégie et marketing de l'IAE de Poitiers. 2008 : master en marketing de l'IFG [...]

Lire la suite

Effectuer une autre recherche

Rechercher

Les plus lus