precedent Suivant Actualité chargée pour Groupama 28 / 29

Groupama augmente son capital

Par - Publié le

,

,

,

,

L'assureur vert a validé une augmentation de capital de 500 M€, via ses neuf caisses régionales. Une opération sans impact sur la marge de solvabilité du groupe, mais pas tout à fait neutre pour le régulateur...

Le feuilleton continue. Groupama, qui vient de renouveler son état-major (voir schéma ci-dessous), a procédé à une augmentation de capital de 500 M€, via ses neuf caisses régionales. Validée lors d'un conseil d'administration le 25 novembre, l'opération était en réalité dans les cartons depuis juillet. Le fait que les caisses régionales mettent au pot n'a pas d'impact sur la marge de solvabilité du groupe, à 130% à la fin de l'année 2010 et probablement en dessous de 100% aujourd'hui. Il s'agit d'un simple transfert de capital.

Toutefois, « la marge appréciée par le régulateur se fait, en premier lieu, sur la base des comptes sociaux, société par société, rappelle Marc-Philippe Juilliard, directeur senior assurance chez Fitch. Donc cette opération n'est pas forcément neutre du point de vue de l'Autorité de contrôle prudentiel (ACP). » En clair, la marge de solvabilité de Groupama SA s'en trouvera améliorée.

En attendant, le groupe est toujours entrain d'étudier toutes les solutions pour sortir de l'ornière. Le syndicat des agents généraux de Gan assurances a rencontré, le 24 novembre, Thierry Martel, le directeur général de Groupama. « Toutes les options, y compris la vente de Gan assurances, sont aujourd'hui à l'étude. Aucune décision ne sera prise dans la précipitation », écrit notamment dans un courrier adressé au réseau, Dominique Barralla, présidente du syndicat.

Mais la vente de Gan assurances, ou d'une autre filiale d'ailleurs, ne résoudra pas le problème avant la fin de l'année. « Si cession il y avait, l'opération pourrait ne pas être comptabilisée dans les comptes 2011. En revanche, l'entrée d'un ou de plusieurs investisseurs au capital de Groupama avant la fin de l'année pourrait avoir un impact sur la marge de solvabilité », explique Marc-Philippe Juilliard.

 

« Il n'existe pas de formule magique »

Quant au « besoin en fonds propres » de Groupama, les chiffres qui circulent dans la presse (2 Md€ notamment, selon Le Journal du dimanche) sont à prendre avec prudence. « Il est impossible d'estimer le montant des fonds propres nécessaires à Groupama pour restaurer sa marge de solvabilité, car celui-ci varie quotidiennement. La marge de solvabilité est divulguée par les compagnies à l'ACP sur une base annuelle. Elle dépendra du niveau des marchés financiers à la clôture des comptes », souligne Marc-Philippe Juilliard.

Et question notation, la partie n'est pas gagnée pour autant. « Si la solvabilité est un sujet qui nous préoccupe, sa seule amélioration n'est néanmoins pas suffisante. Celle-ci, par exemple, peut se renforcer, mais au détriment de la rentabilité. Aujourd'hui, les scénarios sont plutôt orientés à la baisse, mais quelles que soient les décisions prises, il y aurait des éléments à la fois positifs et négatifs. Il n'existe pas aujourd'hui de formule magique, ni de solution miracle, sauf à imaginer un scénario boursier extraordinairement favorable », conclut l'analyste.


precedent Suivant Actualité chargée pour Groupama 28 / 29

Thierry Martel

Thierry Martel

Directeur général de Groupama SA

Thierry Martel est né le 25 octobre 1963 à Versailles. Diplôme de l'Ecole Polytechnique. Diplôme de l'Institut d'études politiques de Paris. Diplôme de l'Institut des Actuaires [...]

Lire la suite

Effectuer une autre recherche

Rechercher

article extrait de l’argus de l’assurance

Tous les vendredis, l’information de référence
des institutionnels et des réseaux
 Contactez la rédaction
 Abonnez-vous