Résultats semestriels 2017 : Macif consolide sa dynamique

Par - Publié le

,

,

,

Contrairement au premier semestre 2016 qui avait vu son résultat net chuter de 7,5%, la mutuelle niortaise a multiplié par dix son bénéfice sur les 6 premiers mois de 2017.

Jean-Marc Raby
Jean-Marc Raby
laetitia duarte

Oubliés les résultats calamiteux du premier semestre 2016 ! Macif, par l’effet conjugué de facteurs extérieurs liés aux marchés financiers (instabilité des cours d'actions…) et d’une sinistralité accrue affectant son pôle dommages (inondations, grêle et corporels lourds), voyait son résultat net chuter de 90% à 15 M€. Déjà restaurés aux termes de l’année 2016, les comptes affichent un résultat net part groupe de 165 M€ sur le premier semestre 2017. Mieux encore que lors du premier semestre 2015. « Ils confirment la performance réalisée en 2016, première année du plan stratégique 2016-2020 #Macifutur et renforcent la solidité financière du groupe », exprime Jean-Marc Raby, directeur général de Macif.

Le dommages contribue aux résultats

A la loupe, le chiffre d’affaires consolidé s’établit à 3,08 Md€, en repli de 1,5% par rapport au 30 juin 2016, en raison principalement du ralentissement de la collecte en assurance vie. Les fonds propres part du groupe en normes IFRS atteignent 3,57 Md€, en hausse de 121 M€ par rapport au 31 décembre 2016. Autre solde positif : le nombre de sociétaires avec 5,3 millions d’assurés, soit 48 000 de plus sur un an. C’est le pôle IARD, qui représente historiquement 50% du CA du groupe et en constitue l’ADN, qui porte la dynamique. Le chiffre d’affaires du pôle est, en effet, en hausse à 1,6 Md€ grâce à une sinistralité revenue dans la norme et à une croissance des encaissements sur les contrats auto et MRH. Ainsi, la contribution de ce secteur au résultat net atteint près de 120 M€ contre 20 M€ l’an dernier à la même période. Sur le plan technique, les résultats en dommages présentent un ratio combiné de 98,7% contre 104,5% en août 2016.

La santé-prévoyance qui progresse, la vie en transition

En santé-prévoyance, les cotisations du pôle ont augmenté de 4% pour franchir le seuil des 500 M€, contribuant au résultat net part du groupe dans les mêmes proportions que l'an dernier. Le ratio combiné ressort à 94,7% contre 95% au premier semestre 2016. Sur le volet finance-épargne, les encaissements sont sans surprise en baisse sur les supports en euros, confirmant pour le groupe « le succès de la nouvelle offre Multi Vie (ndlr : lancée en février 2016, et également distribuée par Matmur, lire article) ». L’activité bancaire se traduit par un gain de 154 000 clients et 516 millions d’euros d’encours gérés (dépôts et épargne) au 30 juin 2017. La contribution du secteur Finance / Epargne au résultat net part du Groupe ressort à 20 millions d’euros à fin juin 2017, contre 7 millions d’euros au 30 juin 2016.

Une base financière plus saine

Sur le plan financier, le début d’année 2017 se caractérise par une tendance favorable des indices boursiers actions. La marge financière du groupe s’améliore ainsi du fait de « l’impact positif de la mise en juste valeur des placements financiers, et de l’augmentation des plus-values de cessions réalisées » souligne Macif. « Au-delà des résultats comptables, l’accélération du développement enregistrée lors de ce premier semestre est permise par les transformations stratégiques mises en œuvre », ajoute Jean-Marc Raby. En mars dernier, le groupe créait, notamment, un fonds d'investissement dédié à l'innovation et l'accompagnement de start-up.

 

 


Jean-Marc Raby

Jean-Marc Raby

Directeur général du groupe Macif
Directeur général de Sferen

Jean-Marc Raby est né le 28 juillet 1958 à Langres (Champagne-Ardenne). 1983 : diplôme en sciences économiques. 2004 : Master of business administration (MBA) suivi à  HEC. 1983-92 : début de [...]

Lire la suite

Effectuer une autre recherche

Rechercher