Complémentaire santé : après les mutuelles communales, les mutuelles départementales

Par - Publié le

,

Le Loiret est le premier département français à proposer une offre de complémentaire santé à destination de ses habitants. Une première du genre, précédée par près de 1 400 municipalités et groupements de communes.

Sully-sur-Loire (ici, son château) est l'une des quelque 250 villes du Loiret qui proposaient déjà une mutuelle communale : au tour désormais du département de s'investir sur le sujet, une première en France.
Sully-sur-Loire (ici, son château) est l'une des quelque 250 villes du Loiret qui proposaient déjà une mutuelle communale : au tour désormais du département de s'investir sur le sujet, une première en France.
Wikimedia Commons / Wouter Hagens

Une complémentaire santé accessible pour tous les habitants d’un département : cette première du genre a été annoncée par le Loiret (plus de 660 000 habitants) le 1er octobre 2016, avec l’offre «Loiret Santé».

A côté de la population salariée, déjà concernée par la réforme de la généralisation de la complémentaire santé, cette nouvelle offre est surtout destinée aux publics les plus fragiles, pour qui le renoncement aux soins pour des raisons financières est régulier (chômeurs, retraités...). Elle pourrait concerner jusqu'à 10% de la population de ce département.

Sont éligibles à cette complémentaire santé les résidents et commerçants du département du Loiret, à condition d’être membre d’Actiom (pour 12 €/ an). Cette offre a, en effet, été conçue avec cette association d’assurés (Action de mutualisation pour l’amélioration du pouvoir d’achat), créée en 2010 et comptant jusqu’à présent près de 1400 communes partenaires.

Des préfectures ont franchi le pas

Si les mutuelles communales se sont, en effet, multipliées sur le territoire ces derniers mois via le dispositif "Ma Commune Ma Santé", l’initiative du département du Loiret est la première de cette dimension. Les communes de ce département n’avaient toutefois pas attendu le niveau départemental pour s’allier à Actiom, puisque près de 250 localités de ce département étaient déjà partenaires de l’association. Seul le département de la Dordogne compte un nombre équivalent de communes partenaires.

A noter, parmi les principales villes également partenaires, Besançon (Doubs), Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) ou encore Drancy (Seine-Saint-Denis).



Effectuer une autre recherche

Rechercher