Mutuelles étudiantes : la réponse du réseau EmeVia à Emmanuel Macron

Par - Publié le

,

,

,

,

Le candidat d’En Marche ! s’est prononcé en faveur de la suppression des mutuelles étudiantes, amenant le réseau EmeVia (Smeba, Smereb, Vittavi…) à réagir dans une lettre ouverte.

Les mutuelles étudiantes sont toujours vent debout contre la volonté d’Emmanuel Macron, candidat d’En Marche ! à la présidentielle, de procéder à leur suppression et de confier la gestion du régime de sécurité sociale étudiant à la CNAMTS.

Si la LMDE (La Mutuelle des Etudiants) considérait que «proposer une énième évolution du périmètre du régime étudiant de sécurité sociale, loin de représenter une économie, constituerait un risque», le réseau de mutuelles régionales EmeVia a réagi dans un premier temps en voyant dans cette annonce une «prise de position électoraliste».

Une défense chiffrée

Deuxième étape de cette réplique : une lettre ouverte du réseau EmeVia au candidat, document que s’est procuré l’Argus de l’Assurance. Principal axe de cette réponse : «les mutuelles du réseau EmeVia offrent aujourd’hui une meilleure qualité de service» que la CNAMTS, chiffres à l’appui (taux moyen de décrochés, délais de remboursement…).

Si Emmanuel Macron a nourri sa réflexion sur les mutuelles étudiantes suite au sauvetage de la LMDE, sa reprise par la mutuelle Intériale et son partenariat avec la CNAMTS, EmeVia considère que cet épisode relevait d’un «contexte particulier» : «pourquoi vouloir élargir un modèle, mis en place pour pallier les défaillances d’un acteur, à des structures saines économiquement ?».

Argument final : la mise en œuvre des politiques de prévention, aujourd’hui réalisées par les mutuelles étudiantes. «Les CPAM (Caisses primaires d’assurance maladie), à qui vous souhaitez confier ces actions de prévention, ne nous semblent pas posséder ces expertises particulières», considère le réseau.



Effectuer une autre recherche

Rechercher