REAVIE 2017

Mutuelles : vers une concentration inéluctable du secteur

Par - Publié le

,

,

,

,

,

La concentration du monde mutualiste est vouée à se poursuivre, mais prioritairement pour des motifs commerciaux et non pas réglementaires, note une étude du cabinet Deloitte.


D.R.

La baisse du nombre de mutuelles de livre II est un fait constant depuis une dizaine d’années : là où plus de 1 200 mutuelles étaient contrôlées par l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) en 2006, ce nombre a été depuis divisé par trois. Et cette tendance n’est visiblement pas près de s’inverser…

Les acteurs du marché l’admettent eux-mêmes, au sein d’une étude sur les mouvements de rapprochement entre organismes d’assurance de personnes menée par Deloitte. Le cabinet a mené pour la deuxième année de suite de tels travaux, interrogeant 1 220 acteurs.

Enjeux commerciaux fondamentaux

Cette tendance aux rapprochements ne s’est pas ralentie durant l’année 2016 puisque 84% des répondants disent avoir connu un ou plusieurs rapprochements depuis 2009, soit 15 points de plus qu’en 2015. Le nombre moyen de rapprochements par acteur depuis 2005 est de son côté estimé à 2,5.

Évolution notable par rapport à la première mouture de cette étude publiée en 2016 : les enjeux commerciaux prennent une place prépondérante pour motiver ces rapprochements, bien plus désormais que les enjeux réglementaires comme Solvabilité 2. 84% des répondants mettent ainsi en avant cet enjeu commercial (+10 points par rapport à l’année précédente), 72% des enjeux de ressources (+9 points), 71% des enjeux de positionnement sur le marché (-2 points) et 61% des enjeux réglementaires (-4 points).

L'impact prochain des directives européennes

84% des répondants de cette étude considèrent également que leur structure sera amenée à réaliser un ou plusieurs rapprochements dans les cinq prochaines années. Interrogés par ailleurs sur la fréquence de ces rapprochements, 52% estiment qu’ils se poursuivront à un rythme similaire qu’aujourd’hui, 28% qu’ils vont s’accélérer et 20% qu’ils vont ralentir.

Appelés à un exercice de prospective par cette étude Deloitte, 68% des répondants considèrent que la mise en place de nouvelles directives européennes, notamment sur les données personnelles de santé, vont influer sur les mouvements de rapprochement – un item en forte progression. 59% citent la modernisation des outils de communication et le développement de systèmes d’information et de gestion de données coûteux, 58% le développement de nouveaux services (notamment sur la prévention et la dépendance) et 55% la répartition risques lourds/légers entre les régimes obligatoire et complémentaire.



Effectuer une autre recherche

Rechercher

Les plus lus