Résultats 2015 : santé et prévoyance en progression pour Agrica

Par - Publié le

,

,

,

,

Le groupe de protection sociale Agrica dévoile ses résultats pour l’année 2015 avec un chiffre d’affaires total en progression de 2%, soutenu par la bonne tenue des trois institutions de prévoyance du groupe.

Le directeur général du groupe Agrica se réjouit de résultats satisfaisants au titre de l'exercice 2015.
Le directeur général du groupe Agrica se réjouit de résultats satisfaisants au titre de l'exercice 2015.

Bilan globalement positif pour Agrica pour l’année 2015. Le groupe de protection sociale a présenté ses résultats ce 19 mai, presque tous orientés à la hausse : nombre d’entreprises adhérentes (173 000, +1,6% par rapport à 2014), nombre de salariés agricoles cotisants (1,56 million, +1,5%) dont 115 000 cadres agricoles (+2%), résultat financier de 220 millions d’euros (+7,4%) et capitaux propres de 856,9 millions d’euros (+11,3%).

Le boom (prévu) de la prévoyance

Dans le détail, cette hausse se retrouve dans la quasi-intégralité des activités du groupe de protection sociale : la santé progresse de 3,6% à 169,1 millions d’euros, hausse inférieure à celle de 2014 (+14,8%) mais qui reste satisfaisante. Le chiffre d’affaires en prévoyance, de son côté, grimpe de 15,5% à 244,8 millions d’euros, essor en partie lié à l’arrêt d’un important contrat fortement déficitaire en Gironde (transfert de provisions techniques), contrat qui expliquait de son côté la baisse enregistrée pour 2014 (-5,6%). La retraite supplémentaire, enfin, gagne 5,2% à 158,8 millions d’euros : le chiffre d’affaires pour l’ensemble des trois institutions de prévoyance du groupe (CPCEA, AGRI et CCPMA) progresse ainsi de 8,8% à 572,7 millions d’euros. Les cotisations en retraite complémentaire AGIRC-ARRCO, de leur côté, restent parfaitement stables à 2,115 milliards d’euros, 1,699 milliard pour CAMARCA (ARRCO) et 416 millions pour AGRICA Retraite AGIRC.

 

Activité \ Année (en millions d'euros) 2011 2012 2013 2014 2015
Santé 127 142 142 163 169
Prévoyance 189 220 225 212 245
Retraite supplémentaire 139 143 149 151 159
TOTAL Assurances de personnes 456 505 516 526 573

 

Si le groupe AGRICA n’a in fine pas été particulièrement impacté par la réforme de la généralisation de la complémentaire santé et, in extenso, par la fin des clauses de désignation, il le doit notamment à plusieurs succès du côté des branches professionnelles (recommandation pour le paysage, référencement pour le golf, la production agricole au niveau national et les coopératives agricoles – en multi-référencement). 2016 sera ainsi l’occasion, concernant la production agricole, de mettre en place la centaine d’accords locaux : alors que jusqu’à présent l’accord national servait de «voiture-balai», pour reprendre le terme du directeur général d’Agrica François Gin, aux salariés non couverts par un accord local, la dynamique est désormais inversée.

Et François Gin de mettre également en avant la mise en place d’une offre agricole santé/prévoyance en tant qu’assureur, avec la MSA (Mutualité sociale agricole) en qualité de délégataire de gestion et Groupama et Crédit Agricole Assurances en tant que distributeurs.

Alliance Pro aux oubliettes ?

La question qui revient souvent ces derniers temps autour du groupe Agrica, toutefois, ne concerne pas spécifiquement ses performances. Agrica va-t-il quitter pour de bon l’aventure Alliance Pro (Agrica, Audiens, B2V, IRP Auto, Lourmel et Pro BTP) ? S’il a déjà quitté la réflexion sur les contours de cette alliance, la fusion de l’ensemble des caisses de retraite complémentaire de l’alliance ayant suscité des réticences, Agrica n’envisage toutefois pas de quitter l’Amicap, regroupant ces mêmes groupes de protection sociale partageant le système d’information de Pro BTP : «Nous ne nous sommes même pas posés la question», affirme M. Gin.

Ces questions, par conséquent, restent en suspens. «Si je pouvais vous donner une réponse aujourd’hui, je vous la donnerais» a assuré M. Gin. Le sujet d’Alliance Pro, actuellement étudié par les administrateurs d’Agrica, sera ainsi tranché au 30 juin 2016 au plus tard… même échéance que pour une autre réponse, attendue originellement fin mars : est-ce que, dans le cadre de Solva II, Agrica fusionnera ses trois institutions de prévoyance ou aura-t-il recours à une SGAPS ? «Nous ne pouvons pas traiter une question sans traiter l’autre» note M. Gin. Les prochaines semaines seront donc l’occasion, pour les administrateurs du groupe de protection sociale, de décider fort rapidement de la marche à suivre sur le moyen et long terme…


François Gin

François Gin

Ex-Directeur général d'Agrica

François Gin est né en 1955. Diplôme en droit. Diplôme de l'Ecole nationale de sécurité sociale (EN3S). 1984-87 : attaché de direction à la Caisse MSA de Côte [...]

Lire la suite

Effectuer une autre recherche

Rechercher