Résultats 2016 : Apicil à l’aube de nouveaux défis

Par - Publié le

,

,

,

,

,

,

Apicil lance un nouveau plan stratégique d’ici à 2020, « Défis 2020 », pour accompagner un groupe de protection sociale qui a changé de dimension ces dernières années.

Le cinquième groupe de protection sociale Apicil dévoile de nouvelles ambitions pour la période 2017-2020.
Le cinquième groupe de protection sociale Apicil dévoile de nouvelles ambitions pour la période 2017-2020.

Résultats positifs pour Apicil en 2016. Le groupe de protection sociale, historiquement implanté en Rhône-Alpes, voit la majorité de ses indicateurs bien orientés, malgré un contexte agité sur de nombreux fronts.

Apicil a régulièrement changé de périmètre ces dernières années, faisant apparaître des taux de croissance à deux chiffres. Il en est de même pour 2016 : +40% de chiffre d’affaires (2,3 Md€), +60% pour les actifs gérés (13,2 Md€), +21% pour les fonds propres prudentiels (1,743 Md€), +13% pour le résultat net part du groupe (44 M€), solvabilité en amélioration (223% en S2, +17 points)…

Une année 2016 marquée notamment par l’entrée de Gresham, de MBTP, d’A2VIP (ex-B2V Prévoyance), l’intégration à 100% de MIEL Mutuelle (historique du groupe Casino) et la sortie de Sud-Ouest Mutualité (environ 30 M€). « La croissance organique de notre groupe reste toutefois bien orientée, à environ 5% » se réjouit le directeur général du groupe Philippe Barret.

Santé et prévoyance bien orientées

Par activité, la santé bénéficie particulièrement de l’acquisition de Gresham (139,8 M€) et la substitution complète de MIEL Mutuelle (63 M€), mais également de résultats organiques soutenus. Cette hausse de 41% (945 M€) traduit ainsi un développement sur les TPE/PME, des gains de part de marché en individuelle (TNS, ACS, seniors) et une réussite globale sur les branches professionnelles, via le groupement paritaire de prévoyance Adéis. La collective représente ainsi 69% des cotisations santé d’Apicil, contre 31% pour l’individuelle.

« MBTP nous permet de nous positionner également sur le monde du BTP et MIEL Mutuelle sur celui de la grande distribution », glisse le directeur général adjoint santé/prévoyance Thomas Perrin. Apicil, également au cœur de plusieurs recommandations dans le cadre d’Adéis, constate dans ces branches des résultats contrastés : fort remplissage dans l’importante branche du travail temporaire, mais difficultés plus nettes pour celles des CDNA (commerces de détail non alimentaires).

Tendance haussière également en prévoyance (+42,5%, à 296 M€), là aussi poussée par l’acquisition de Gresham (63,7 M€ en 2016) et une production nouvelle sur la collective (96% du CA prévoyance d’Apicil). Les ratios combinés santé et prévoyance sont en 2016 équivalents (respectivement 100,2% et 100,8%), mais soulignent des tendances différentes : amélioration nette en prévoyance (-10 points) mais dégradation en santé (+1,8 point).

Contrastes en épargne

Beaucoup d’évolutions également sur le front de l’épargne, avec l’intégration de Gresham (ex-Legal & General) et la création d’Intencial Patrimoine à destination des CGPI, dans un contexte de taux historiquement bas. L’arrivée de Gresham génère naturellement une progression des encours très importante (+63%, +4,4% en croissance organique) et bouleverse la tendance sur la collecte brute (+42%, contre -4% en organique). Le taux d’UC dans la collecte baisse légèrement (-2 points) mais, à 40,7%, il reste nettement au-dessus de celui du marché.

Apicil est également présent sur la retraite complémentaire, « exception » pour un groupe pesant aujourd’hui environ 2,5% du poids AGIRC-ARRCO et dans un contexte de regroupement des acteurs (notamment via l’Alliance Pro). Le groupe de protection sociale est en ligne avec la trajectoire de baisse des frais AGIRC-ARRCO, permettant même de dégager un résultat 2016 positif de 5,8 M€ et 6% de croissance pour la collecte (1,5 Md€).

Place à « Défis 2020 »

Apicil lance désormais un nouveau plan stratégique « Défis 2020 », suite au précédent plan « Convergences 2016 » qui aura vu le groupe doubler de taille (de 1,1 à 2,3 Md€ de chiffre d’affaires). Si « Défis 2020 » ne s’accompagne pas d’objectifs chiffrés, ce plan a pour mission de poursuivre les réussites des années précédentes dans un contexte totalement bouleversé (ANI, Solvabilité 2, réforme des retraites…).

« Nous voulons poursuivre notre stratégie de croissance, plus rapide que celle du marché, tout en maintenant notre solidité financière », souligne Philippe Barret. Ce plan s’accompagne également de nouvelles velléités de développement, notamment en retraite supplémentaire (actuellement autour de 30 M€, avec une volonté de quadrupler ce montant d’ici 2020. « Nous regardons toujours ce qui se passe autour du FRPS », note également M. Barret, tout en rappelant qu’Apicil reste prudent sur ces nouveaux fonds de retraite professionnelle supplémentaire. « C’est un aller sans retour, qui implique une évolution de la structure de notre groupe », ajoute-t-il.


Philippe Barret

Philippe Barret

Délégué général d'Apicil

Philippe Barret est né le 9 janvier 1965 . 1993 : diplôme de l'Institut des actuaires français (IAF). 1986 : diplôme de l'École nationale de la statistique et de l'administration [...]

Lire la suite
Thomas Perrin

Thomas Perrin

Directeu général adjoint Santé et Prévoyance du groupe Apicil et directeur général délégué d'A2VIP

Licence d'économétrie. Diplômé d'études universitaires générales (DEUG) de Sciences économiques. 1995 : Diplômé d'études supérieures [...]

Lire la suite

Effectuer une autre recherche

Rechercher