Résultats 2016 : voyants au vert pour le groupe Agrica

Par - Publié le

,

,

,

,

Le groupe de protection sociale Agrica dévoile des indicateurs plutôt bien orientés malgré un contexte exigeant et certaines incertitudes.

Frédéric Hérault, directeur général délégué du groupe Agrica, veut développer de nouveaux leviers de croissance pour le groupe de protection sociale.
Frédéric Hérault, directeur général délégué du groupe Agrica, veut développer de nouveaux leviers de croissance pour le groupe de protection sociale.
©Valerie Couteron

Après une année 2016 qui ne fut pas de tout repos, au tour d’une année 2017 résolument décisive pour Agrica. Le groupe de protection sociale du monde agricole a dévoilé ses résultats définitifs pour le dernier exercice écoulé, après des estimations livrées lors du Salon de l’Agriculture.

Le chiffre d’affaires global du groupe progresse de 3,2%, porté par la progression de la retraite complémentaire Agirc-Arrco (+3,5% à 2,2 milliards d’euros). Si le CA santé/prévoyance progresse également de 3,4%, celui de la retraite supplémentaire connaît un léger tassement (–1,9%). Le résultat net après impôt reste positif (47M€) et la solvabilité du groupe au-delà des 300% (quasiment) sans la moindre mesure transitoire.

Succès de l'offre agricole

Après une année de stabilité, les cotisations en retraite complémentaire Agirc-Arrco connaissent un léger rebond. « Nous avons obtenu l’adhésion de 6 000 nouvelles entreprises en 2016 », se réjouit le directeur général du groupe Agrica, François Gin. Si l’intégralité des cadres du monde agricole faisaient déjà partie du portefeuille d’Agrica, 15% des non-cadres étaient encore soit chez AG2R La Mondiale soit chez Humanis.

Tendances contrastées en assurance de personnes : si les cotisations en santé et prévoyance sont bien orientées (+3,4%), la retraite supplémentaire a connu quelques difficultés (-1,8%). « Nous constatons à la fois un effet de base et un effet démographique », note le directeur général délégué du groupe Agrica Frédéric Hérault, soulignant la difficulté de l’emploi agricole (stabilisation des effectifs en 2016). Mais la retraite supplémentaire « constitue clairement un levier de croissance », confirme-t-il.

La bonne tenue en santé/prévoyance, malgré l'ANI et les contrats responsables, s’observe notamment pour une des trois institutions de prévoyance du groupe : Agri Prévoyance, destinée aux non-cadres (+10%). Un effet direct et positif de l’offre agricole, assurée par Agrica, distribuée par Groupama et le Crédit Agricole, gérée par la Mutualité sociale agricole (MSA). « Nous avons récupéré, à fin 2016, 35 000 nouvelles entreprises », se réjouit François Gin, ajoutant que ce chiffre tourne aujourd’hui autour des 50 000.

Flou persistant en retraite complémentaire

Si les indicateurs chiffrés du groupe Agrica restent bien orientés, la question des leviers de croissance se fait toutefois plus prégnante : la part de marché du groupe dans le monde agricole est très importante en prévoyance (85%), moins en santé. L’épargne salariale est une possibilité, pour l’heure constituant une très faible part du chiffre d’affaires du groupe mais vouée à se développer. «Nous avons un objectif d’encours de 100M€ en épargne salariale à fin 2017 : nous sommes aujourd’hui pas loin de franchir le cap des 80M€», souligne M. Hérault. Les marges de manœuvre existent également en retraite supplémentaire.

Mais l’avenir du groupe Agrica se joue aussi sur deux leviers déjà bien connus : la constitution de son groupe prudentiel et l’avenir de sa caisse de retraite complémentaire. L’objectif calendaire de création effective de la Sgaps (société de groupe assurantiel de protection sociale) au 30 juin 2017 est maintenu, cette Sgaps regroupant les trois institutions de prévoyance du groupe (Agri Prévoyance, CCMPA, CPCEA).

L’avenir de la caisse de retraite complémentaire Agirc-Arrco est, pour l’heure, encore flou. Pour rappel, suite à l’ANI du 13 mars 2013 sur les retraites complémentaires, aucun groupe de protection sociale ne pourra à terme avoir une activité retraite inférieure à 10% de l’ensemble Agirc-Arrco – seuil qu’Agrica est loin d’atteindre (3,6%) et est donc forcé de se rapprocher d’un autre acteur.

Agrica a enchaîné les retards sur ce dossier : si sa réponse était d’abord attendue pour le 30 juin 2016, puis pour mars 2017, puis pour fin avril 2017… la dernière échéance est fixée au 14 juin, date de l’assemblée générale du groupe. AG2R La Mondiale (25% du poids de la retraite complémentaire), Humanis (22%), Malakoff Médéric (18%), Klesia (11%) et l’Alliance Pro composée, pour l’heure, de Pro BTP, d’Audiens, de B2V et de Lourmel (environ 20%), étaient éligibles – seul Malakoff Médéric ne s’est pas porté candidat. «Nous sommes toujours dans le calendrier», veut rassurer François Gin


François Gin

François Gin

Ex-Directeur général d'Agrica

François Gin est né en 1955. Diplôme en droit. Diplôme de l'Ecole nationale de sécurité sociale (EN3S). 1984-87 : attaché de direction à la Caisse MSA de Côte [...]

Lire la suite
Frédéric Hérault

Frédéric Hérault

Directeur général du groupe Agrica

1983 : diplôme d'Ingénieur de l’École Polytechnique. 1984 : diplôme de l'École Nationale de la Statistique et de l'Administration économique. 1987: diplôme de [...]

Lire la suite

Effectuer une autre recherche

Rechercher