Résultats 2017 : résultat et cotisations en hausse pour la mutuelle Prévifrance

Par - Publié le

,

,

Un an après la fusion avec la mutuelle bourguignonne GRM, Prévifrance affiche des indicateurs économiques solides sur le précédent exercice.

Voyants au vert pour Prévifrance. La mutuelle, fruit de sept récentes fusions – la dernière ayant été officialisée en 2016 avec la bourguignonne GRM – affiche un résultat en nette progression, avec un chiffre d’affaires lui aussi orienté à la hausse. Elle reste l’une des rares, au sein de notre Top 30 de la Mutualité, à conserver son indépendance.

La mutuelle affiche ainsi un volume de cotisations brutes de réassurance en progression de 3,78% à 184,9 millions d’euros, selon le rapport sur la solvabilité et la solidité financière (SFCR) publié récemment par Prévifrance. Une croissance qui trouve sa source dans « l’accroissement du segment santé obligatoire », note-t-elle.

Les autres indicateurs financiers de la mutuelle sont également dans le vert : son résultat net passe de 4,4 à 7,3 millions d’euros, soit une progression de 68,2%. Il en est de même du côté de la solvabilité, avec des fonds propres de près de 248 millions d’euros, soit une croissance de 5,66% par rapport à l’année précédente. Les taux de couverture du SCR et du MCR, bien qu’en légère baisse par rapport à 2016, restent nettement au-delà des minima réglementaires (382% du SCR soit -21 points, 1528% du MCR soit -85 points).

La fin du RSI, un enjeu à anticiper

Si la mutuelle est désormais dans une phase de « gestion de la post fusion » avec GRM, d’autres enjeux stratégiques attendent Prévifrance. La fin programmée du régime social des indépendants (RSI) en est un, Prévifrance étant un des organismes conventionnés côté mutuelles. L’inquiétude sur ce dossier a surtout été sociale, puisque cette activité représente une quarantaine d’équivalents temps plein (ETP) pour la mutuelle, sans omettre la fin prochaine des dotations de gestion afférentes à cette activité.

« L’engagement donné à la structure représentant les organismes conventionnés mutualistes, via un courrier signé par la Ministre de la Santé, de faire reprendre le personnel des organismes conventionnés par les CPAM, sans mobilité forcée, a été de nature à apaiser les salariés concernés. En l’état actuel, ce projet de transfert d’activité associant un changement d’employeur pour les salariés en question semble avoir été complètement intégré », souligne toutefois la mutuelle dans son rapport.



Effectuer une autre recherche

Rechercher