precedent Suivant Solvabilité 2 : l’ère des rapports narratifs est ouverte (E-dossier) 2 / 8

Solvabilité 2 : les enseignements du rapport SFCR de Harmonie Mutuelle

Par - Publié le

,

,

La première mutuelle de France a publié son rapport de solvabilité et de situation financière sur l’année 2016, conformément au calendrier de publication des rapports narratifs fixé par l’ACPR.

La première mutuelle de France a publié son rapport SFCR peu avant l'échéance du 20 mai.
La première mutuelle de France a publié son rapport SFCR peu avant l'échéance du 20 mai.

Les organismes d’assurance avaient jusqu’au 20 mai pour publier leur rapport de solvabilité et de situation financière, dit SFCR (solvency and financial condition report), selon le calendrier établi par l’ACPR. Si certains ont pris du retard, d’autres ont respecté l’échéance comme CNP Assurances ou encore Crédit Agricole Assurances. A noter, toutefois, que les "entités groupe" ont un délai supplémentaire de six semaines.

La première mutuelle de France Harmonie Mutuelle a fait de même, son rapport SFCR ayant été validé par son conseil d’administration le 15 mai dernier. Pour rappel, ce rapport annuel est l’un des 4 éléments du reporting narratif imposé par Solvabilité 2.

SCR et MCR en baisse

Le ratio de solvabilité (SCR, capital de solvabilité requis) de la mutuelle s’élève à fin 2016 à 328,7%, soit une progression de 29,5 points par rapport à 2015. Harmonie Mutuelle évalue son SCR à 550,9 M€, en diminution de 2,3% par rapport à 2015, tandis que ses fonds propres sont en progression de 7,3% à 1,81 milliard d’euros.

Sur la période 2017-2021, le ratio de SCR de Harmonie Mutuelle est estimé dans une fourchette comprise entre 280% et 340%. De son côté, le minimum de capital requis (MCR) de Harmonie Mutuelle s’élève à 137,7 M€, en baisse de près de 3% par rapport à 2015 : la couverture du MCR s’élève ainsi à 1314,8%.

« Les principaux risques d’Harmonie Mutuelle sont liés aux risques associés à la souscription santé et aux risques marché » souligne la mutuelle dans son rapport SFCR. Le risque marché représente ainsi plus de 57% du SCR global après effet de diversification, tandis que le risque souscription (quasi exclusivement santé) comprend notamment les ajustements de l’environnement concurrentiel (ANI), les déremboursements de soins et les inadéquations tarifaires. Ces deux risques (marché et souscription) représentent à eux seuls plus de 93% du SCR global.

Rapport à lire ici > SFCR Harmonie Mutuelle


precedent Suivant Solvabilité 2 : l’ère des rapports narratifs est ouverte (E-dossier) 2 / 8


Effectuer une autre recherche

Rechercher