Non vie : pourquoi les performances techniques risquent de s’effriter (Moody’s)

Par - Publié le

,

,

,

,

,

,

Dans une note datée du 26 juillet, l’agence de notation Moody’s explique que les assureurs européens ont réussi à compenser la baisse des taux d’intérêt, en non vie, en améliorant leurs performances techniques. Sauf que la bonne tenue des ratios combinés s’explique en partie par d'importants dégagements de réserves sur années antérieures.

Les assureurs européens auraient-ils grillé leurs dernières cartouches en non vie ? Dans une note datée du 26 juillet l’agence de notation Moody’s indique s’attendre à une baisse des performances techniques en non vie pour la bonne et simple raison que les dégagements de réserves sur années antérieures, élevés ces dernières années, ne peuvent que diminuer progressivement.

30% en moyenne des profits avant impôt

Moody’s constate que les assureurs européens ont réussi, en non vie, à compenser la baisse des taux d’intérêt, en améliorant leurs performances techniques. Sauf que la bonne tenue des ratios combinés s’explique en partie par des dégagements de réserves sur années antérieures, notamment sur des branches à déroulement court (sinistres réglés entre 1 et 3 ans). « Sur la base de notre échantillon (1) nous estimons que le dégagement de réserves sur années antérieures a été un élément déterminant au cours des 10 dernières années en assurance non vie en Europe. Nous estimons que ces dégagements de réserves ont en moyenne contribué à hauteur de 30% du profit avant impôt des assureurs de notre échantillon sur les 5 dernières années », expliquent Helena Kingsley-Tomkins et Charles Isselin-Pontet, les analystes de Moody’s.

Faible inflation

Pour Moody’s, il n’est guère imaginable que le secteur puisse continuer à extérioriser de tels niveaux de réserves sur années antérieures. « Ces dernières années, le développement favorable des réserves sur les sinistres passés a été dopé par la faible inflation constatée en matière de sinistres sur la plupart des lignes d’activité. L’environnement de faible inflation a eu un impact positif sur le sévérité des sinistres », indique l’agence, qui dit aussi constater de moindres fréquences du fait de l’environnement économique dégradé (alors que la corrélation est plutôt inverse en général). A cela s’ajoute une sinistralité en matière de cat’nat’ relativement clémente ces dernières années.

Provisionnement prudent

 Moody’s tempère toutefois son propos en indiquant que les assureurs européens ont en général des stratégies de provisionnement prudentes en non vie, et qu’ils conservent des marges de manœuvre, même si les coussins de sécurité ont un peu diminué en 2015. « Nous n’anticipons donc ni un arrêt abrupt des dégagements de réserves, ni une détérioration du provisionnement, mais plutôt une diminution graduelle de ces dégagements de réserves sur années antérieures au cours des exercices à venir », conclut l’agence.

 

  1. Admiral, Ageas, AIG Europe, Allianz, Aviva, Axa Bupa, Direct Line Group, Generali, Hastings, IF P&C, LF Alliance, Liverppol Victoria, Lloyd’s of London, Macif, Mapfre, Munich Re, NFU Mutual, Co-Operative General Insurance, QBE Europe, RSA, Saga, Tryg AS, Swiss Re, Unipol, Zurich.


Effectuer une autre recherche

Rechercher