Patrimonia 2013 : des CGPI entre optimisme et préoccupations

Par - Publié le

,

,

,

,

,

,

Les professionnels de la gestion de patrimoine se sont pressés à l’ouverture de la convention Patrimonia 2013, à Lyon. Alors que l’activité des CGPI se porte mieux, la réglementation est l'une des préoccupations fortes de cette rentrée.

Plus de 6 500 congressistes sont attendus pour cette édition 2013 de Patrimonia.
Plus de 6 500 congressistes sont attendus pour cette édition 2013 de Patrimonia.

Un soleil éclatant et des congressistes très nombreux dès l’ouverture des portes, à 8h30 : la première journée de Patrimonia 2013, ce jeudi 26 septembre, ne pouvait se passer sous de meilleurs augures. Et pour renforcer encore l’optimisme ambiant, Michel Godet, professeur au Cnam, a délivré, lors de la première conférence plénière, ses «bonnes nouvelles», tout en restant fidèle à son personnage quant aux errements des gouvernants sur la gestion de notre pays.

Le retour des unités de compte

Les différentes études vont toutes dans le même sens : les CGPI prévoient, en cette année 2013, une meilleure collecte en assurance vie. Et il n’est pas certain que les chiffres d’août publiés ce jeudi 26 septembre altèrent leur optimisme, car la collecte de cette période estivale n’est jamais très significative. Les Français retrouvent le chemin de l’assurance vie et plus encore des unités de compte, un domaine où les CGPI savent tirer leur épingle du jeu comme en témoigne Digier Dugué, directeur commercial de Vie plus qui s’apprête à réaliser des résultats historiques en 2013, ou encore Christophe de Vaublanc, directeur de l’entité Assureur gestion privée de Swiss Life, qui annonce une collecte à plus de 50% en unités de compte.

La réglementation, sujet de préoccupation

Quelques nuages assombrissent cependant ce ciel bleu. Bruno Dell’Oste, directeur général de CGP Entrepreneurs, témoigne de deux réelles préoccupations chez les CGPI : l’avenir du modèle économique au regard des projets européens et les évolutions de la réglementation, tout particulièrement sur le devoir de conseil. L’affluence à l’atelier organisé par Generali Patrimoine sur cette dernière thématique confirme que les nouvelles recommandations de l’ACPR suscitent des interrogations chez les professionnels de la gestion de patrimoine. Autant dire que l’intervention de Fabrice Pesin, secrétaire général adjoint de l’ACPR, programmée vendredi après-midi, devrait être suivie avec attention.

 



Effectuer une autre recherche

Rechercher