Philippe Donnet (DG de Generali) : « Pas l'intention de changer notre ligne de conduite »

Par - Publié le

,

,

A l'occasion des résultats 2017 de son groupe, le directeur général de Generali dresse un bilan du plan mis en place il y a deux ans. Il confirme notamment que la cession d'actifs jugés non stratégiques se poursuivra cette année. 

« Nous sommes extrêmement confiants sur notre capacité à atteindre tous nos objectifs du plan stratégique à la fin de 2018 », se félicite Philippe Donnet.
« Nous sommes extrêmement confiants sur notre capacité à atteindre tous nos objectifs du plan stratégique à la fin de 2018 », se félicite Philippe Donnet.
EXCLUSIF  

Les résultats 2017 sont-ils en adéquation avec vos attentes ?

Les résultats sont très solides. Ils confirment que le plan stratégique lancé depuis deux ans fonctionne. Il y a de très bonnes nouvelles dans ces résultats : l’augmentation du résultat opérationnel qui commence à frôler les 5 Md€, l’augmentation du résultat net, l’atteinte des objectifs de réduction des coûts avec deux ans d’avance par rapport au plan initial, ainsi que l’accélération de la transformation de notre business mix vers des produits en unités de compte et de protection. De fait, nous sommes extrêmement confiants sur notre capacité à atteindre tous nos objectifs du plan stratégique à la fin de 2018.

Quel sont les axes qui ont particulièrement tiré cette croissance ?

Nous avons un business vie qui est en forte croissance. La collecte nette est positive à quasiment 10 Md€, ce qui nous place parmi les plus hauts niveaux sur le marché européen. Elle est d’excellente qualité, constituée exclusivement de produits en unités de compte et de produits de protection. Les contributions de la gestion d’actifs et de la gestion de patrimoine sont également en très forte croissance. Voir des activités à très faibles consommations de capital se développer est une très bonne nouvelle pour Generali. En outre, malgré des catastrophes naturelles importantes en 2017, nous avons réussi à maintenir un taux de sinistres et un ratio combiné parmi les meilleurs du marché.

Comptez-vous poursuivre votre stratégie visant à céder des actifs non stratégiques ?

Le programme de cession des actifs non stratégiques n’est pas terminé. D’ici la fin de l’année, il y aura d’autres cessions. Toutes les zones géographiques sont potentiellement concernées, à partir du moment où nous considérons que nous ne sommes pas sur des marchés suffisamment attractifs. Nous avions dit que nous tirerions 1Md€ de ces cessions. Je peux vous confirmer aujourd’hui que ce milliard sera dépassé.

Axa vient d’annoncer avoir mis la main sur le groupe XL. Que vous inspire cette stratégie ? Est-ce une voie – l’acquisition – que vous pourriez également prendre ?

Nous n’avons jamais été dans l’imitation de nos concurrents, et les mouvements stratégiques de ces derniers ne modifient pas notre stratégie. Celle-ci fonctionne et nous n’avons pas l’intention de changer notre ligne de conduite. Après, nous restons à la fois opportunistes et disciplinés concernant les acquisitions. Si nous venions à en réaliser dans les prochains mois, ce serait uniquement parce que ces rachats permettent d’accélérer l’exécution de notre stratégie.

Que vous inspirent les résultats de Generali France ?

Cette année, tous les indicateurs se sont améliorés en France, grâce à l’action combinée d’Eric Lombard au cours du premier semestre, puis de Jean-Laurent Granier au cours du second semestre. La qualité de la production, le ratio combiné pour l’assurance dommage, le résultat opérationnel sont sur une phase ascendante. Pour autant, le redressement opérationnel n’est pas encore terminé pour Generali France. Mais il est sur une très bonne trajectoire.

 



Effectuer une autre recherche

Rechercher