Premiers signaux d'amélioration pour Aviva

Par - Publié le

,

,

,

,

,

,

Siège d'Aviva, à Londres.
Siège d'Aviva, à Londres.

A l'occasion de l'annonce de ses résultats trimestriels, le groupe Aviva a indiqué avoir réduit ses dépenses opérationnelles de 10% par rapport au premier trimestre 2012. Celles-ci sont passées de 852 M£ (1 Md€) à 769 M£ (910 M€). « Nous sommes en bonne voie pour atteindre l'objectif de 400 M£ d'économie »,  précise, dans un communiqué, Mark Wilson, le directeur général du groupe, qui a pris ses fonctions en début d'année.

Le plan d'économie va se traduire, comme annoncé en avril dernier, par la suppression de 2000 postes sur le périmètre du groupe et va induire des coûts de restructuration importants en 2013, a prévenu Mark Wilson. Au premier trimestre, ils ont déjà atteint 54 M£ (64 M€).

Progression de la valeur des affaires nouvelles en vie

En termes d'activité, le groupe reste discret sur l'évolution de son chiffre d'affaires en assurance vie mais indique que la valeur des affaires nouvelles réalisées a progressé de 18% à 191 M£ (226 M€). Cette amélioration de la rentabilité a été particulièrement marquée dans les pays émergents (en Asie et notamment en Turquie), mais également sur certains marchés matures comme le Royaume-Uni (33%) et la France (8% à 46 M€) grâce, notamment, aux bonnes performances de l'Afer. En revanche, en Italie ou en Espagne, la situation s'est dégradée.

Stabilisation du ratio combiné en dommages

En assurance dommages et en santé, le chiffre d'affaires du groupe s'élève à 2,2 Md£ (2,6 Md€) en baisse de 1%. La filiale française a, quant à elle, vu son activité progresser de 7% (à 482 M€). Globalement, Aviva est parvenu a maintenir un bon combiné (96%). Cet indicateur reste en deçà de la barre des 100% dans toutes les entités du groupe (92% en France, par exemple), sauf en Irlande (108%), où l'assureur entend agir sur ses dépenses et sur les modalités de souscription pour retrouver sa rentabilité.

Pour son premier trimestre en tant que directeur général d'Aviva, Mark Wilson fait état de signaux encourageants, mais reconnaît qu'il reste d'importants efforts à faire pour améliorer les performances du groupe. Outre la réduction des dépenses, le groupe s'est engagé dans une réorganisation de ses activité et dans un programme de cession d'actifs.

 

 

 



Effectuer une autre recherche

Rechercher