Harvey, Irma, Maria … : le bénéfice d’Hannover Re en baisse de 30,7% sur 9 mois

Par - Publié le

,

,

,

Les gros sinistres, dont les cat’ nat’, lui ont coûté 894,3 M€  entre janvier et septembre. Porté par la croissance de ses primes, le réassureur anticipe toutefois un bénéfice de 800 M€ en 2017.

Comme attendu, les pertes générées par la série exceptionnelle de cat’ nat’ de l’automne 2017 ont grevé les résultats de Hannover Re. Sur les neuf premiers mois de l’année, son bénéfice net décroche de 30,7% par rapport à la même période en 2016, tombant à 548,9M€. L’impact des cat’ nat’ est certes moindre que pour ses concurrents comme Swiss Re, dont les comptes sont passés dans le rouge sur les neuf premiers mois, ou Munich Re qui s’attend à une perte de 1,4 Md€ au troisième trimestre.

Aux Rendez-Vous de Septembre à Monte-Carlo, Hannover Re avait déjà fait savoir qu’il était peu exposé aux ouragans Harvey et Irma, puisqu’il détient seulement 2% de parts de marché au Texas et en Floride. A ces deux événements majeurs se sont ajoutés l’ouragan Maria, dont le passage a notamment dévasté Porto Rico, ainsi que deux séismes au Mexique début septembre. Au total, entre janvier et septembre 2017, la facture des sinistres d’ampleur s’élève à 894,3M€ (contre 393,2 M€ en 2016), dépassant le budget prévisionnel de 270 M€. Le ratio combiné s’est, par conséquent, détérioré sur la période à 104.4% (contre 95.0% l’an dernier).

Bénéfice de 800M€ en 2017

Hannover Re a enregistré une croissance de ses primes brutes de 9,5% à taux de change constant, à 13,5 Mds€, entre janvier et septembre, et anticipe une croissance de plus de 5% sur l’ensemble de l’année 2017. Le réassureur table désormais pour l’année 2017 sur un bénéfice net de 800 M€. Il avait déjà averti ses investisseurs que l’objectif de plus d’1 Md€ ne serait pas atteignable cette année en raison des cat’ nat’.

Les catastrophes naturelles de l’automne 2017 n’ayant généré qu’un impact financier temporaire, Hannover Re qui reste « profitable » avec « une base de capital solide » s’estime bien positionné pour « capter de nouvelles opportunités dans un environnement de marché plus favorable ». Comme ses concurrents, le deuxième réassureur mondial estime, en effet, que « les tarifs des risques catastrophes, en particulier, vont probablement grimper, ce qui devrait entraîner rapidement des mouvements positifs dans les autres lignes d’activité ». L’agence de notation Standard and Poor’s prédit, pour l’heure, une hausse des tarifs comprise entre 0 et 5% aux renouvellements de janvier 2018.



Effectuer une autre recherche

Rechercher