Les cat’ nat’ ne sont pas vecteur de risque systémique (S&P)

Par - Publié le

,

,

,


SOUTHCREEK GLOBAL/ZUMA/RÉA

L’exposition aux cat’ nat’ est-elle vecteur de risque systémique pour le secteur de l’assurance ? A cette question sensible, Standard & Poor’s a choisi de répondre par la négative. «Notre analyse de l’exposition des réassureurs et du degré d’interconnexion de leurs propres couvertures en rétrocession nous permet d’affirmer que sa solvabilité élevée protège le secteur de tout risque systémique», indique l’agence de notation dans une étude publiée ce jeudi 11 septembre. Le risque de contagion aux assureurs, via les réassureurs, est donc jugé limité.

En théorie, la faillite d’un ou plusieurs noms faisant office de filet de sécurité pour le secteur – à commencer par les rétrocessionnaires, auprès desquels les réassureurs collatéralisent environ 30% des garanties cat’ nat’ qu’ils fournissent – pourrait déclencher des défauts en série chez les réassureurs et les assureurs. Mais S&P juge un tel scénario «assez peu probable», compte tenu de la distribution des risques, des excédents de fonds propres dont disposent les réassureurs et les rétrocessionnaires (ces derniers figurant parmi les mieux capitalisés) et des résultats de stress tests extrêmes qui, s’ils mettraient à mal la capacité des acteurs concernés à satisfaire leurs exigences de capital réglementaires, ne les empêcheraient pas d’assumer leurs passifs.

Liste de réassureurs systémiques

Il reste que le Conseil de stabilité financière (FSB) pourrait ne pas l’entendre de la sorte.  «Nous anticipons que le FSB juge l’exposition au risque cat’ nat’ comme une source potentielle de risque systémique, puisque les réassureurs concentrent ce risque pour le compte du secteur de l’assurance», admet S&P. Promise initialement pour juillet 2013, la liste des réassureurs systémiques se fait toujours attendre. Il est question qu’elle soit diffusée par le FSB lors du prochain G20, en novembre prochain.

Pour mémoire, le FSB juge du caractère systémique des assureurs sur la base de cinq critères : la taille, le poids des activités «non traditionnelles et non assurantielles», l’inter-connectivité, la dimension globale de l’activité et la capacité de substitution. A ce stade, 9 assureurs ont été désignés systémiques, ce qui les conduira, à terme, à constituer un matelas complémentaire de fonds propres.



Effectuer une autre recherche

Rechercher