Ouragan Harvey : de gros dégâts mais des pertes assurées limitées

Par - Mis à jour le 29 août 2017, à 15h 57 - Publié le

,

,

La tempête tropicale qui s’abat sur le Texas, aux Etats-Unis, devrait générer moins de dégâts que les ouragans Katrina ou Sandy, selon Hannover Re. Moins d'un tiers des pertes sont assurées.


Jill Carlson

C’est l’ouragan le plus fort qu’ait connu la côte Texane depuis 1961, le « pire jamais vu » selon le service de météo américain (National Weather Service, NWS). Harvey, ouragan de catégorie 4 reclassé samedi en tempête tropicale, est en train de déclencher des « inondations historiques » sur la ville de Houston au sud des Etats-Unis. Toitures arrachées, routes submergées par les flots, autoroutes et aéroport fermés… Selon les estimations des analystes financiers, les dégâts causés par Harvey pourraient atteindre 30 Mds $, voire 100 Mds $ dans le pire des cas. Un impact qui reste encore difficile à évaluer, de l'avis des réassureurs mondiaux.

Selon le numéro 3 mondial Hannover Re, interrogé par l'agence Reuters, les dégâts seront en tout cas moindres que ceux causés par l’ouragan Katrina, en Louisiane en 2005 (150 Mds $) ou bien l’ouragan Sandy, sur la côte Est des Etats-Unis en 2012 (50 Mds$.) Les pertes assurées s'étaient, respectivement, élevées à 80 Mds $ (67 mds €) pour Katrina et à 36 Mds$ pour Sandy.

pertes d'exploitation difficiles a evaluer

De premières estimations réalisées par le spécialiste des cat' AIR Worldwide chiffrent les pertes assurées entre 1,2 et 2,3 Mds$. Mais ces estimations ne tiennent pas compte des dégâts liés aux inondations ou des pertes d'exploitation consécutives à l'arrêt de l'activité dans la région. Interrogé par l’Argus de l’Assurance, le réassureur SCOR, moins exposé aux cat’ nat’ aux Etats-Unis que ses concurrents, estime ainsi qu’il est « encore trop tôt » pour évaluer les pertes, mais ne néglige pas « l’agrégation des risques » et les effets provoqués par « l’arrêt de la production »

L'ouragan Harvey pourrait, en effet, générer des pertes d’exploitation importantes pour l’industrie pétrolière du Texas. Par prudence, 112 plates-formes ont déjà été évacuées dans le golfe du Mexique, soit 15 % des installations pétrolières de la région. Des entreprises, à l'image des géants Shell et Exxon, ont également cessé leurs activités dans la région. Au total, les autorités américaines ont reconnu qu'un quart de la production américaine dans le golfe du Mexique avait été mis à l'arrêt.

un risque d'inondation sous-assuré

En revanche, les dégâts provoqués par la montée des eaux ne devraient pas faire flamber la facture pour les assureurs américains, et les réassureurs internationaux qui portent ce risque. «Aux Etats-Unis, le risque d’inondation reste sous-assuré de manière critique, bien que la plupart du pays soit exposé à ce risque », expliquait Swiss Re dans une étude publiée en mars dernier. Si les entreprises sont couvertes, l'assurance habitation des particuliers ne prend pas en charge ce risque.

Moins d'un tiers des dommages générés par l'ouragan Harvey devraient donc être assurés, estiment les analystes. Une source de marché citée par Reuters avance le chiffre de 3 Mds$ (2,8 Mds €) de pertes assurées, tandis que les analystes de JP Morgan misent sur une fourchette haute comprise entre 10 et 20 Mds$ (9 et 18 Mds€).

Alors que la sinistralité en termes de cat' nat' reste jusqu'ici contenue, pesant à la baisse sur les tarifs de la réassurance dommages, certains imaginent déjà un basculement de tendance. Mais il faudrait cumuler plusieurs sinistres du type d'Harvey au deuxième semestre pour réellement provoquer un redressement du cycle. A l'heure du réchauffement climatique, rien n'est impossible...

 



Effectuer une autre recherche

Rechercher