Swiss Re sur la première marche du podium

Par - Publié le
L'Office fédéral des assurances privées suisse a donné, le 11 mai, son feu vert au rachat par le géant zurichois de la compagnie américaine General Electric Insurance Solutions.

Swiss Re sera bien le premier réassureur mondial. L'autorisation par l'Office fédéral des assurances privées suisse du rachat de GEIS était la dernière barrière à franchir par le groupe zurichois pour accéder au premier rang de la réassurance mondiale. Il avait déjà reçu la bénédiction de la Commission européenne à la fin du mois d'avril.

Des positions renforcées en Europe

Cette acquisition va permettre à Swiss Re de passer devant Munich Re. Pour grimper sur la plus haute marche du podium, le réassureur n'a pas hésité à débourser 7,2 MdE, dont 1,3 MdE au titre des dettes. Dans le cadre de son augmentation de capital destinée à financer ce rachat, la société a placé 13,9 millions d'actions, qui lui ont permis de lever 838 ME. Début avril, Swiss Re avait signalé que cette reprise ne nécessiterait finalement qu'une levée de 3 MdE sur le marché des capitaux, au lieu de 3,64 MdE comme il était prévu initialement. Le réassureur helvétique a en effet décidé de couvrir la différence de 640 ME par des liquidités internes. La firme avait déjà récolté en décembre 645 ME en obligations remboursables en actions.

Malgré son prix de vente qui peut paraître dispendieux, cette acquisition est une bonne affaire pour le géant zurichois. Grâce à GEIS, Swiss Re va devenir le réassureur le plus diversifié du monde, apportant ainsi plus de sécurité à ses clients, a expliqué Peter Forstmoser, le président du conseil d'administration, lors de l'assemblée générale des actionnaires du 21 avril. Le groupe a en effet acquis des affaires complémentaires, tant sur le plan des branches d'activités que sur le plan géographique. Il va notamment renforcer sa présence en Amérique du Nord, en Asie et en Europe, où GEIS possède une forte présence, particulièrement dans la réassurance vie et santé en Allemagne. Il va également se développer dans d'autres lignes comme la réassurance dommages en marine et aviation.

1 700 suppressions d'emplois programmées d'ici à 2008

L'ancienne filiale de General Electric (le géant américain a pris le contrôle de moins de 10 % du capital de Swiss Re dans cette opération), qui comprend Employers Reinsurance, a enregistré l'an dernier des primes nettes de 4,8 MdE et ses actifs atteignaient 32,1 MdE en juin 2005 (à l'exclusion de ses affaires vie et santé aux États-Unis, qui ne seront pas incluses dans la transaction). Les synergies attendues par cette réunion d'activités provoqueront d'ici à deux ans une suppression d'effectifs de l'ordre de 10 % à 15 %, soit 1 700 emplois. Et dès 2008, Swiss Re compte dégager 230 ME d'économies chaque année.



Effectuer une autre recherche

Rechercher

article extrait de l’argus de l’assurance

Tous les vendredis, l’information de référence
des institutionnels et des réseaux
 Contactez la rédaction
 Abonnez-vous