Rendez-vous de Casablanca de l'assurance : les assureurs marocains réaffirment leur volonté d'ouverture

Publié le

,

Les assureurs marocains jouent la carte de la coopération et ne cachent pas leur ambition de développement au Sud du Sahara.

3,1 % 

Le taux de pénétration de l’assurance au Maroc en % du PIB.
Lors de la deuxième édition des « RDV de Casablanca de l’assurance », organisée par la Fédération marocaine des sociétés d’assurances et de réassurance (FMSAR), près de 700 professionnels de l’assurance venus de 32 pays se sont pressés, les 15 et 16 avril derniers, dans la capitale économique du royaume. Particulièrement bien représentés, les assureurs du continent africain ont pu échanger avec leurs homologues marocains, lesquels ne cachent pas leur ambition de développement au Sud du Sahara. Les assureurs européens, et notamment français, se sont également déplacés en force. Bernard Spitz, président de la Fédération française des sociétés d’assurance (FFSA), s’est d’ailleurs livré à une véritable déclaration d’amitié à l’égard des professionnels marocains. « Les contacts ont été riches et nombreux. Il y a des choses à faire », confiait Gilbert Canameras, président de l’Amrae. Ce dernier compte bien sur le concours des risk managers marocains afin de concrétiser, d’ici à l’été, son projet de club francophone du management du risque. Il entend ainsi réunir des risk managers du continent africain mais également du Canada et du Liban. Cette deuxième édition des « RDV de Casablanca » a aussi permis la signature de plusieurs conventions de coopération, notamment entre la FFSA et la FMSAR pour le déploiement rapide de l’e-constat au Maroc (voir encadré, ci-dessous), ou encore entre la FMSAR et la Fédération des sociétés d’assurances tunisiennes pour développer en Tunisie une centrale de risques automobiles, selon le système de bonus-malus en vigueur au Maroc depuis 2006. « Le Maroc a fait le pari et l’effort de s’ouvrir. Le secteur de l’assurance prouve qu’il y parvient », confie à L’Argus Mohamed Hassan Bensalah, le président de la FMSAR.

l’E-constat est sur les rails

Développée en France par la FFSA et le Gema, l’e-constat intéresse les assureurs marocains. Bachir Baddou, directeur général de la FMSAR, voit dans cette application permettant d’accélérer les déclarations de sinistres automobiles et donc leurs règlements un bon moyen de « réduire la fraude à l’assurance puisque les deux véhicules impliqués dans l’accident sont géolocalisés et positionnés à l’endroit de celui-ci ». Les assureurs marocains comptent donc la déployer dans le pays. Mais, « nous avons besoin de l’expérience française dans le développement de l’application et de son interaction avec les applicatifs métiers des sociétés d’assurance et des mutuelles » explique Bachir Baddou. C’est tout l’enjeu de la convention de coopération qui vient d’être signée entre la FFSA, sous l’égide de l’AFA, et la FMSAR. Selon Bachir Baddou, l’e–constat pourrait entrer en vigueur au Maroc dès le 1er janvier 2016.


Bernard Spitz

Bernard Spitz

Président de la Fédération Française de l'Assurance (FFA)

Bernard Spitz est né en 1959 à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine). 1983 : diplôme en finance de l'ESSEC Business School. 1984 : diplôme en service public de Sciences Po. 1986 : diplôme de [...]

Lire la suite

Effectuer une autre recherche

Rechercher

article extrait de l’argus de l’assurance

Tous les vendredis, l’information de référence
des institutionnels et des réseaux
 Contactez la rédaction
 Abonnez-vous