Réseaux de distribution : quel avenir pour le métier d'inspecteur ?

Par - Publié le

,

,

,

Organisée par le Syndicat National des Inspecteurs d'Assurances, le SNIA CFE-CGC, la convention 2017 des métiers de l'inspection se tient cette année à Juan-les-Pins, du 27 au 29 septembre. Au menu de ces trois jours, l'évolution de la profession quelques mois avant l'entrée en vigueur de DDA et la question de la rémunération des inspecteurs.

La table ronde sur l’avenir du métier d’inspecteur à laquelle participaient Jean-François Garin, (Groupama Gan Vie), Thierry Gourment (Axa Epargne et Protection), Franck Le Vallois, (Allianz France) et Vincent Liegeon (SwissLife France).
La table ronde sur l’avenir du métier d’inspecteur à laquelle participaient Jean-François Garin, (Groupama Gan Vie), Thierry Gourment (Axa Epargne et Protection), Franck Le Vallois, (Allianz France) et Vincent Liegeon (SwissLife France).

Quel impact sur le métier d’inspecteur d’assurance, du digital, des nouvelles aspirations des collaborateurs en termes de conditions de travail et/ou de management ? Quels nouveaux profils dans la profession ? Enfin, en quoi les questions règlementaires constituent-elles un défi pour la profession ? Autant de questions débattues ce jeudi 28 septembre à l’occasion de la convention 2017 des métiers de l'inspection organisée par le Syndicat National des Inspecteurs d'Assurances, le SNIA CFE-CGC.

près de 500 personnes présentes

Un évènement qui a rassemblé au total quelque 500 personnes (dont près de 470 inspecteurs venant des quatre coins de la France) au Palais des congrès de Juan-les-Pins. Pour l’occasion, de nombreux dirigeants de compagnies (Allianz, Axa, Generali, Groupama, SwissLife) ont fait le déplacement sur la Côte d'Azur pour évoquer et débattre des grands sujets concernant la profession, aujourd’hui. Parmi ceux-ci, évidemment, l'actualité réglementaire avec la mise en œuvre prochaine de la Directive sur la Distribution d’Assurance (DDA) devant entrer en application le 23 février 2018.

Une table ronde sur l'avenir du métier

Que l’on parle de l’animation de réseaux de courtiers, d’agents, de CGP ou de salariés, en quoi celle-ci va-t-elle bouleverser la profession ? Il en a été plus particulièrement question lors d’une table ronde consacrée à l’évolution du métier et à laquelle participaient Jean-François Garin, directeur général de Groupama Gan Vie, Thierry Gourment, directeur de la distribution d’Axa Epargne et Protection, Franck Le Vallois, membre du comité exécutif d’Allianz France en charge de l’unité distribution et Vincent Liegeon, directeur commercial de SwissLife France.

La question des effectifs et des rémunérations

Tous ont répété l’importance que revêt à leurs yeux le métier de l’inspection dans la chaîne de valeur, plusieurs répétant même que son rôle de contrôle et supervision allait de plus en plus muter, à l'heure du digital, vers un rôle de « coaching » et d’accompagnement des réseaux de salariés, de courtiers ou d’agents, ainsi que vers un rôle de multi-spécialiste. Des propos salués par des applaudissements nourris de la salle. Mais ce que l’assistance attendait aussi – et surtout -  c’était que ces dirigeants leur donnent une idée de l’orientation que leur métier allait prendre en terme d’effectifs et de rémunération, un sujet dont on parlait beaucoup dans les travées du palais des Congrès de Juan-les-Pins. L’inspecteur qui interrogea les dirigeants sur cette question fut d’ailleurs lui aussi très applaudi.

des discussions en cours au sein des compagnies

Et pour cause, le sujet est d’actualité, DDA instaurant de nombreuses obligations pour les professionnels du secteur. Notamment la transparence des rémunérations, les conflits d’intérêts, le devoir de conseil. Trois points qui concernent évidemment les inspecteurs. D’où l’argument, avancé par plusieurs dirigeants lors de la table ronde, de la nécessaire mise en conformité avec la directive de la structure de rémunération. Rappelant que l’objet n’étant pas de changer ou réduire le montant de la rémunération et que les effectifs devaient rester au moins stables, ces derniers, prudents, n’en ont toutefois pas dit plus, les discussions (parfois serrées selon les cas) étant en cours au sein de chaque compagnie.

Un relais commercial indispensable

Concluant les débats en fin d’après-midi, Francky Vincent, président du SNIA, a rappelé quant à lui qu’à l’heure de l’intelligence artificielle, des évolutions de management, des changements auxquels était soumis le métier et des modifications réglementaires, le métier d’inpecteur d’assurance constituait plus que jamais le relais commercial indispensable des compagnies. Et de rappeler qu’il avait toujours été dans l’ADN de la profession de s’adapter à son environnement...



Effectuer une autre recherche

Rechercher