Résultats 2014 : AG2R La Mondiale conforte son leadership

Publié le

,

,

De bons résultats liés à la forte croissance des cotisations en épargne et en complémentaire santé, ainsi que l’apport en fonds propres lié au rapprochement avec des mutuelles contribuent à renforcer la solvabilité du premier groupe de protection sociale en assurance de personnes.

André Renaudin, directeur général d'AG2R La Mondiale.
André Renaudin, directeur général d'AG2R La Mondiale.
luc PERENOM

AG2R La Mondiale est un groupe financièrement solide : tel est le message qu’André Renaudin, son DG, a voulu délivrer lors de la présentation à la presse des résultats, le 14 avril. Parmi les faits marquants de l’exercice écoulé, il a insisté sur la notation par Standard & Poor’s d’AG2R Prévoyance et de La Mondiale passée de BBB+ perspective stable à BBB+ perspective positive, et ce pour l’ensemble de la Sgam. à sa création en 2008, le ratio « dur » (hors plus-values latentes) de solvabilité n’était que de 125 %. « Nous étions un peu proches de 100. Il fallait s’en éloigner en cas de choc dur », commente André Renaudin. Début 2011, le groupe était comparé à un colosse aux pieds d’argile et des « informations » en faisaient une proie potentielle pour Malakoff Médéric. Les rapprochements jouent un rôle clé dans l’amélioration de la solvabilité du groupe selon l’avis des analystes : en 2014, les mutuelles ViaSanté et MMJ ont apporté 244 M€ de fonds propres, sur une croissance de 890 M€ en 2014. Et Réunica apportera cette année encore 800 M€. Reste que malgré la « perspective positive » attribuée par Standard & Poor’s, le relèvement d’un cran à A-, qui était la note du groupe jusqu’à fin 2012, n’est pas gagné. Le groupe s’était vu dégradé en raison de la faiblesse de ses résultats techniques en santé et prévoyance. Mais s’il s’est amélioré en santé à 99,2 %, le ratio combiné s’établit toujours à 123 % en prévoyance.
L’entrée dans le périmètre de combinaison de la Sgam de la mutuelle interprofesionnelle ViaSanté et de la Mutuelle du ministère de la Justice (MMJ) – première mutuelle de la fonction publique à intégrer un groupe paritaire – n’a pas qu’un effet bénéfique sur les fonds propres : elle dope aussi les cotisations de l’activité complémentaire santé qui, sans cette double opération, ne progresseraient « que » de 5,4 %. ViaSanté a vocation à devenir la principale marque santé du groupe pour les particuliers, les professionnels et les petites entreprises. Cette croissance à deux chiffres masque cependant des tendances contradictoires. D’un côté, le groupe n’a certainement pas terminé sa croissance externe en santé. Dans le mercato qui agite actuellement le monde mutualiste, il a plus d’une carte à jouer. Une de ses cibles serait notamment les mutuelles d’entreprises, auxquelles il proposerait une alternative au groupe Harmonie, qui en rassemble déjà un bon nombre. D’un autre, la rentabilité de la collective est inférieure et l’ANI va tirer le marché vers le bas. Enfin, il faudra voir comment AG2R Prévoyance, qui était le champion des désignations de branches, tirera son épingle du jeu après leur suppression.
10,6 Md€ Le chiffre d’affaires 2014 de la Sgam AG2R La Mondiale, en hausse de 14,3 %.
309 M€ Le résultat net établit en 2014 en hausse de 27,4 %.
7 200 Le nombre de salariés réunis dans le GIE AG2R Réunica.
M. Renaudin n’a pas hésité à employer des superlatifs, évoquant une année 2014 « assez extraordinaire » en assurance vie épargne avec une progression des cotisations de près de 1 Md€, attribuée à la désaffection des épargnants pour des supports tels les livrets A ou développement durable (LDD) devenus peu attrayants. Sur l’exercice 2014, c’est incontestable. Mais l’épargne classique – France et retail dans la présentation du groupe – fait le yo-yo : en 2014, les cotisations ont tout juste retrouvé leur niveau de 2010. La vraie performance est ailleurs : sur la durée, l’épargne patrimoniale au Luxembourg fait carton plein. Sur ce segment qui séduit une clientèle haut de gamme attirée par la protection des actifs et la flexibilité des produits, le groupe n’encaissait que 250 M€ de cotisations en 2008 et déjà 1 Md€ en 2011. En retraite supplémentaire (-0,5 %), l’activité est atone, la petite progression (+1,6 %) en individuelle ne compensant pas le recul (-2,2 %) en collective. Sur cette dernière, la bonne tenue des contrats à cotisations définies (art. 83) n’a, selon M. Renaudin, pas permis de compenser la forte baisse des retraites chapeaux (contrats à prestations définies, art. 39), déchus après quelques affaires retentissantes. Des difficultés que d’autres acteurs ne semblent pas avoir rencontrées, au vu des récents chiffres de Crédit agricole Assurances, CNP ou encore Société générale.
Le nom du groupe issu du rapprochement avec Réunica – qui n’apparaît pas dans les comptes de l’exercice 2014 – sera « AG2R La Mondiale » tout court. Officiellement, la marque Réunica ne disparaît pas, quand bien même la fusion des institutions de prévoyance (IP) AG2R Prévoyance et Réunica Prévoyance sera soumise aux assemblées générales de juin. Géographiquement implantée dans l’Est de la France, l’IP Arpège conservera son indépendance, tout comme la Mutuelle complémentaire d’Alsace (MCA). Mais AG2R La Mondiale semble s’inscrire plutôt dans une logique d’intégration.Depuis le 1er janvier dernier, AG2R, Réunica et Systalians (le groupement d’intérêt économique informatique de Réunica) ne forment plus qu’un seul et unique GIE employeur. Or, ce rapprochement n’a pas été sans conséquence sur le plan social, puisque les mandats des délégués du personnel et syndicaux de chaque entité ont cessé au 31 décembre 2014. Un nouveau comité d’entreprise (CE) a dû être mis en place au cours du premier trimestre, tout comme de nouveaux CHSCT.Avec un tout premier chantier à mener : la négociation du nouveau statut de l’ensemble du personnel. Suite à la disparition des trois GIE, les accords d’entreprise sont, en effet, caducs et tous les avantages sociaux (temps de travail, rémunération...) propres à chaque structure sont à renégocier dans un délai de 15 mois. Cette remise en cause des acquis a ainsi conduit une majorité des salariés a mené une journée de grève le 3 février dernier, afin de protester contre les premières propositions faites par la direction sur le nouveau statut.



Effectuer une autre recherche

Rechercher

article extrait de l’argus de l’assurance

Tous les vendredis, l’information de référence
des institutionnels et des réseaux
 Contactez la rédaction
 Abonnez-vous