Résultats 2015 : bilan contrasté pour Sham, toujours en voie de diversification

Par - Publié le

,

,

,

,

,

,

Le groupe composé de la société d’assurance mutuelle Sham et du courtier Sofaxis affiche un résultat net en forte hausse, tiré par les performances des investissements financiers. Sur son activité historique, la responsabilité civile médicale, la tension reste très marquée.

La diversification engagée par Dominique Godet, directeur général du Groupe Sham, se poursuit dans le domaine des services notamment.
La diversification engagée par Dominique Godet, directeur général du Groupe Sham, se poursuit dans le domaine des services notamment.

La société d’assurance mutuelle Sham qui a accéléré sa diversification en 2013 avec l’acquisition (à hauteur de 85%) du courtier Sofaxis, présente pour l’ensemble de ses activités un résultat net de 23,9 M€ en hausse de 43% par rapport à 2014.

Cette forte progression tient aux performances des activités d’investissement de la société d’assurance Sham. En en an, les produits de ses placements financiers sont passés de 34,2 M€ à 54,8 M€. « Les équipes en  charge des investissements ont profité des éléments de volatilité des marchés », précise Dominique Godet. C’est cette gestion dynamique notamment sur la poche actions qui explique, selon le directeur général du groupe, la hausse du résultat global du groupe. « Sans ce surplus, le résultat net aurait été stable. »  

Pression tarifaire en RC médicale

Sur le plan commercial, l’exercice 2015 a été contrasté. En un an, le total des primes collectées par le groupe a augmenté de 2,8% à 752 M€, un montant qui repose en grande partie sur les commissions perçues par la société de courtage. Le chiffre d’affaires du groupe, en revanche, reste quasiment stable (-0,4% à 371 M€) et celui des activités d’assurance ressort en baisse de 1,6% à 306,3 M€.

Selon Dominique Godet, la croissance a été au rendez-vous sur quasiment tous les marchés : la santé, le social, l’international, notamment. En revanche, en responsabilité civile médicale, son cœur de métier, la société d’assurance affiche un chiffre d’affaires en baisse de près de 5% à 210 M€. « En responsabilité civile médicale, nous faisons toujours face à une forte pression tarifaire, ce qui explique la baisse de chiffre d’affaires malgré la progression de nos parts de marché », précise le directeur général du groupe.

Concurrence et concentration

Concurrence plus forte de la part d’assureurs étrangers sur le segment des hôpitaux, concentration et contraintes budgétaires sur celui des établissements privés compliquent la donne de la société d’assurance sur son marché historique. Sans compter la sinistralité qui se maintient à un niveau élevé, même si la charge totale des sinistres a légèrement baissé en 2015 (271,3 M€ contre 291,2 M€ en 2014).

Un groupe qui se veut plus diversifié

Dans ce contexte, le Groupe Sham entend poursuivre sa diversification. Outre la protection sociale des collectivités, marché servi à travers le cabinet de courtage Sofaxis, le groupe mise sur les services sur l’ensemble des secteurs qu’il cible : santé, social, médico-social et monde territorial. Dans cette optique, les prestations proposées par la société d’assurance et le cabinet de courtage ont été réunies sous une marque unique : Neeria.

Autre axe de développement : l’international. La contribution des implantations étrangères du groupe reste encore marginale : quelques centaines de milliers d’euros en Espagne et un 1 M€ en Italie. Mais le chiffre d’affaires de ces succursales centrées sur la responsabilité civile médicale et la gestion des risques devrait être nettement plus significatif en 2016. Sans compter que le groupe n’exclut pas de s’implanter dans d’autres pays d’Europe à l'avenir. 



Effectuer une autre recherche

Rechercher