precedent Suivant Sociétés d’assurance : les résultats 2015 (e-dossier) 3 / 8

Résultats 2015 Generali : Greco laisse à Donnet un groupe d'assurance en bonne forme

Par - Publié le

,

,

,

,

,

Le groupe Generali présente un bénéfice net en hausse de 21,6% à 2 Md€ pour l’exercice 2015. Son résultat opérationnel, 4,8 Md€, revient à un niveau comparable à celui atteint avant la crise financière.

Philippe Donnet, prend les rênes d'un groupe d'assurance restructuré qui affiche de bonnes performances en 2015.
Philippe Donnet, prend les rênes d'un groupe d'assurance restructuré qui affiche de bonnes performances en 2015.

Le groupe Generali termine l’exercice 2015 sur des indicateurs en hausse et en ligne avec ses objectifs. Autrement dit : un bon bilan pour Mario Greco, qui a quitté l’assureur italien pour Zurich Insurance, le 9 février, et des bases solides pour les débuts de Philippe Donnet qui lui succède à la tête du groupe.

Le  groupe italien termine en effet l’exercice 2015 sur de bonnes performances. Son bénéfice net augmente de 21,6% pour atteindre les 2 Md€, une barre qu’il n’avait pas franchie depuis huit ans. Et son résultat opérationnel, en hausse de 6,1% à 4,78 Md€, retrouve quasiment son niveau d’avant la crise financière (4,86 Md€ en 2007).

Sur le plan financier, les principaux indicateurs sont en ligne voire dépassent les objectifs fixés à l’horizon 2018. Le taux de rendement des capitaux propres que le groupe entend maintenir au-delà des 13% se situe à 14% (contre 13,2% en 2014).

Le retour de la France dans la contribution aux dividendes

L’exercice 2015 est également marqué par le maintien d’une politique de rémunération des actionnaires. Le groupe annonce le versement d’un dividende par action de 0,72 €, en progression de 20%, soit 1,123 Md€ versés au total pour un taux de distribution (payout ratio) stable à 55,3% (contre 55,9% en 2014). Generali se place dans la bonne trajectoire qu’il s’est fixé à savoir le versement cumulé de 5 Md€ de dividendes d’ici 2018.

Cette politique a été soutenue par la génération de cash des filiales vers la maison mère. Les filiales ont payé 2 Md€ de dividendes contre 1,7 Md€ en 2014 en raison du retour de la contribution de Generali France à hauteur de 0,2 Md€. A l’arrivée, Generali a généré un cash flow net disponible de 1,6 Md€ (+30% en un an), une bonne base, selon le groupe, pour atteindre les 7 Md€ cumulés, l’objectif fixé pour la période 2015-2018.

Amélioration en assurance dommages, y compris en France

Sur le plan des opérations, le groupe italien termine sur un chiffre d’affaires de 74 Md€ en hausse de 4,6%, grâce aux bonnes performances réalisées en assurance vie (+6,2% à  53,3 Md€), notamment en Italie et en France (+4,1% dans l’Hexagone). Mais au final dans cette ligne de métier, le résultat opérationnel stagne à 3 Md€, du fait notamment de l’augmentation des coûts d’acquisition et de gestion liée à la forte hausse des volumes.

En assurance dommages aux biens, le chiffre d’affaires progresse peu (+0,8% à 21 Md€) mais le résultat opérationnel s’améliore de 8,5% pour approcher les 2 Md€. Generali France, qui souffrait d’un déséquilibre technique depuis plusieurs années, parvient à redresser la barre. Son ratio combiné s’établit à 100,2% fin 2015, soit 4,7 points de mieux qu’en 2014. Et le résultat opérationnel passe de 32 M€ à 128 M€ en un an. Sur l’ensemble du groupe, le ratio combiné s’améliore très légèrement pour se situer à 93,1% fin 2015.

Maintenir la dynamique

Comme l’a rappelé Gabriele Galateri di Genola, le président du groupe, « les bons résultats de 2015 montrent à la fois la qualité du plan de transformation accompli par l’entreprise ces dernières années et celle de la nouvelle stratégie lancée l’an dernier. » Il revient désormais à Philippe Donnet, CEO du groupe et à Alberto Minali, directeur général, de poursuivre dans cette voie. « Ma priorité sera de veille à maintenir cette excellente dynamique », a indiqué Philippe Donnet, à l'occasion des résultats annuels.

 

Solvabilité : Generali dans la norme de marché

Le groupe a pris de soin de détailler sa communication financière autour de la solvabilité. La marge de Solvabilité 2 ressort à 202% contre 186% en 2014, sur la base du modèle interne pour l’ensemble du périmètre du groupe et après prise en compte du dividende proposé.
Or, Generali n’a, pour l’heure, bénéficié que d’une approbation début mars du régulateur italien sur le modèle interne partiel, lequel couvre l’Italie, les activités dommages en France, l'Allemagne et la République Tchèque. Sur cette base - modèle interne partiel et formule standard -, le ratio de solvabilité s’établit à 175% en 2015. « Le groupe travaille avec les régulateurs afin d'élargir le champ d'application du modèle interne à l’ensemble des activités », indique Generali. Quoiqu’il en soit, le niveau de solvabilité s’inscrit dans la norme de capital fixée par le groupe (voir ci-contre).

precedent Suivant Sociétés d’assurance : les résultats 2015 (e-dossier) 3 / 8


Effectuer une autre recherche

Rechercher