precedent Suivant Bancassureurs : les résultats 2015 (E-dossier) 6 / 6

Résultats 2015 : Société Générale Insurance tire profit de la loi Hamon

Par - Publié le

,

,

,

,

,

,

En 2015, la filiale du groupe Société Générale a poursuivi son dynamisme commercial aussi bien sur ses activités socles - assurance vie, épargne, emprunteur - qu’en dommages, sous l’effet de la loi Hamon notamment. Une croissance qu’elle met au service du renforcement de ses réserves financières.

« Nous sommes en train de renforcer notre base pour réagir à l’évolution des marchés et sécuriser les rendements », souligne Philippe Perret, directeur général de SGI
« Nous sommes en train de renforcer notre base pour réagir à l’évolution des marchés et sécuriser les rendements », souligne Philippe Perret, directeur général de SGI

A l’instar de sa maison-mère, Société Générale Insurance (SGI) a publié des résultats solides au titre de l’exercice 2015. La filiale, qui rassemble les filiales Sogecap et Sogessur, a dégagé un résultat net part du groupe de 337 M€, en hausse de 10% tandis que le produit net bancaire (PNB) ressort à 825 M€ (+10% à effet de change constant). En dépit de ces bonnes performances, la contribution de SGI au résultat net du groupe Société Générale affiche un recul de près de 2 points, de 11,2% à 9,46% entre 2014 et 2015. La part de SGI dans le PNB groupe reste, en revanche, stable à 3,2%.

Sécurité financière dans un environnement adverse

Dans un environnement de taux bas et compte-tenu des corrections sévères observées sur les marchés financiers depuis le début de l’année, « nous sommes en train de renforcer notre base pour réagir à l’évolution des marchés et sécuriser les rendements », souligne Philippe Perret, directeur général de SGI. Traduction : le taux de réserves financières (réserve de capitalisation et provisions de participation aux excédents) s’apprécie de 0,7 point à 3,5%.

En matière de solvabilité, Société Générale Insurance affiche un ratio de couverture S2 « supérieur à 180% » (au 30/09/2015), dans la norme du marché (entre 180 et 220%) pour intégrer la volatilité de l’indicateur, sans toutefois s’engager sur un ratio cible. « C’est un niveau suffisant pour continuer notre développement », ajoute Philippe Perret.

Amélioration de la collecte en UC

L’assurance vie-épargne continue de constituer le socle du chiffre d’affaires de SGI. La collecte brute accuse un léger recul de 7% à 10 Md€ tandis que les encours atteignent 94,8 Md€ (+5%). L’assurance vie a bien performé avec une collecte nette à 2,2 Md€ contre 1,5 Md€ en 2014 et des unités de compte (UC) qui pèsent désormais 21% des encours et 51% de la collecte nette (contre 16% en 2014).

A noter que Société Générale envisage de renforcer son partenariat avec Primonial. Le groupe spécialisé dans les solutions pour les conseillers en gestion de patrimoine indépendants (CGPI) distribue actuellement le plan d'épargne retraite populaire (PERP) de SGI.

Les effets de la loi Hamon

En dommages, les primes s’établissent à 385 M€, en progression de 9,3%. Dans le détail, l’activité est portée par la MRH (+12%) à 124 M€ et l’auto (+6%) à 88 M€, « soit une croissance trois fois supérieure à celle du reste du marché », avance Philippe Perret. Même si le bancassureur a noté une augmentation d’1 point de ses résiliations en auto et habitation, « celle-ci a été plus que compenser par l’afflux de nouveaux contrats sur la période », confirme Laurent Dunet, directeur général de Sogessur. En termes techniques, le ratio combiné ressort « en-deçà de 100% » en auto et habitation, soit à des niveaux bien meilleurs que ceux affichés par le marché (106% en auto et 96% en MRH, source : FFA).

La prévoyance, moteur de la croissance

L’activité prévoyance (GAV, assurance santé et emprunteur) enregistre une progression de 8,5% avec un volume de primes de 583 M€ dont 408 M€ en assurance emprunteur. La loi Hamon, qui autorise les emprunteurs à changer d’assurance de prêt dans l’année qui suit la souscription, n’a pas eu d’effets dommageables sur les portefeuilles de SGI. « L’effet de remplacement est encore balbutiant. La demande reste parcellaire même si l’on constate une légère accélération », concède Marc Duval, directeur général délégué de Sogecap. La filiale travaille notamment à l’amélioration de son offre groupe en termes de services, garanties et adaptations tarifaires. Dans le même temps, SGI ambitionne d’attaquer le marché en déployant son assurance emprunteur individuelle.

SGI récolte également les premiers effets du lancement de l’offre santé collective disponible depuis début mars 2015 dans la France entière et centrée sur la cible des TPE. Elle compte un peu plus de 9000 entreprises clientes.

 


precedent Suivant Bancassureurs : les résultats 2015 (E-dossier) 6 / 6


Effectuer une autre recherche

Rechercher