Résultats 2016 : pourquoi les marchés boudent Axa

Par - Publié le

,

,

,

Malgré de bons résultats publiés pour l’exercice 2016, le cours du titre Axa est encore à la peine. Mais sans doute moins pour des raisons propres à l’entreprise que pour des facteurs macroéconomiques.

Thomas Buberl,
Directeur
Général d’Axa,
présentait
les résultats
du groupe, le 23 février.
Thomas Buberl, Directeur Général d’Axa, présentait les résultats du groupe, le 23 février.
MIKAEL LAFONTAN

Un paradoxe. Sur le papier, les résultats sont au vert. Et pourtant, c’est peu dire que les résultats 2016 du groupe Axa furent fraîchement accueillis par les marchés le 23 février. Ce jour-là, Thomas Buberl, directeur général de l’assureur pour qui cet exercice est une première, se félici­te de résultats «robustes» après une année 2016 pourtant pleine de surprises (volatilité des marchés, taux bas, vote des Britan­niques en faveur du Brexit, élection de Donald Trump…) : un chiffre d’affaires dépassant pour la première fois la barre symbolique des 100 Md€, un résultat net et un résultat opérationnel par action tous deux en progression de 4% par rapport à l’exercice précédent. Une performance globa­lement en ligne avec le consensus des analystes.

Des analystes confiants

Mais ça n’aura visiblement pas suffi à séduire les investisseurs institutionnels. Quelques heures plus tard, à la bourse de Paris, le titre Axa clôturait en recul de 0,83%. Certes, entre-temps, celui-ci a repris du poil de la bête. Il n’empêche qu’entre le 1er janvier et le 1er mars, l’action du groupe aura bel et bien perdu 3,93 % de sa valeur. Comment expliquer cette circonspection des marchés ? «Axa a publié un bon résultat 2016, en ligne avec les objectifs financiers de son plan à horizon 2020, relève Benoît Valleaux, analyste financier chez Natixis. S’il fallait toutefois retenir quelques points négatifs, on peut noter que le ratio combiné a très légèrement augmenté en dommages».

Une petite dégradation de la renta­bilité de l’activité d’assurance dommages qui s’explique, selon l’analyste, non pas par «le ratio sinistres/primes, qui s’est plutôt amélioré, [mais par la détério­ration] du ratio coûts d’acqui­sition sur primes, du fait de certains investissements portant notamment sur des partenariats en assistance. Mais ces investissements vont se traduire par des résultats dans les années à venir». Bref, hormis, en plus, du recul des ventes de l’activité gestion d’actifs (-3%), pas de gros points noirs quand on regarde les résultats 2016 de l’assureur. «Nous pensons que ces résultats devraient être rassurants pour les investisseurs et fournir un terrain propice à développer de la confiance dans la résilience d’Axa et son potentiel de croissance dans un contexte de taux bas», abondent d’ailleurs les analystes de la banque d’investissement de la Société générale. Même son de cloche chez Crédit suisse qui juge la valorisation du titre peu en rapport avec le poten­tiel de croissance des résultats et du dividende d’Axa.

Un contexte politique incertain

«L’évolution d’un cours de Bourse est souvent décorrélée de la solidité financière d’un groupe coté», tempère Taos Fudji, directeur du secteur assurance et analyste crédit chez S&P Global Ratings qui, en octobre dernier, avait rele­vé la note d’Axa A+/Positif à AA-/Stable. «Ce rating amélioré est une opinion sur la capacité de l’entreprise à faire face à ses engage­ments financiers. Les résultats d’Axa ne constituent pas en soi une surprise significative. 2016 a été une année importante pour Axa en termes de restructuration, relève Taos Fudji. Le groupe s’est désengagé de ses activités d’assuran­ce vie, d’épargne et de retraite au Royaume-Uni et a égale­ment mis fin à son activité d’épargne individuelle en Belgi­que. Cela a généré des coûts, mais cela aura des effets positifs sur le moyen terme». La raison de la frilosité des marchés serait donc à chercher ailleurs. Certains font ainsi le parallèle avec l’Allemand Allianz qui, le 17 février, a lui aussi publié un résultat net en hausse (+4% à 6,9 Md€), supérieur au consensus des analystes. Une annonce saluée par les investisseurs, l’action Allianz ayant gagné ce jour-là 1,68%. Outre un dividende de 7,60€ par action, contre 7,30€ un an plus tôt, le numéro un euro­péen a surtout annoncé «un program­me de rachat d’actions de 3 Md€. On ne s’attendait pas à ce que le retour aux actionnaires soit aussi important», commente un analyste.

De son côté, Axa propose un dividende en hausse (1,16€, soit +5% par rapport à 2015), mais privilégie de garder son surplus de cash pour le réinvestir. «Cela ne veut pas dire que les résul­tats d’Axa sont mauvais, au contraire, ils sont bons, ajoute cet analyste, mais en plus d’avoir un ratio de Solvabilité 2 supérieur (NDLR : 218 % pour l’Allemand, 197 % pour le Français), Allianz a propo­sé une cerise sur le gâteau». Ce qui a pu séduire des investisseurs plus court-termistes.

Mais pour de nombreux analys­tes, si le cours d’Axa peine à décoller, cela n’a rien à voir avec ses résultats finan­ciers. «Nous nous attendons à ce que la performance boursière d’Axa reste principalement tributaire de facteurs macroéconomiques», expli­quent ainsi dans une note les analystes de Barclays. «L’action Axa conserve une sensibilité aux marchés financiers, abonde Benoît Valleaux. C’est un titre qui, comme d’autres, peut évoluer en fonction de l’évolution de l’actualité et notamment des incertitudes relatives aux prochaines élections en France». Exactement la même incertitude qui, entre début janvier et début mars, a conduit à un creusement de l’écart entre les taux des obligations allemandes et françaises.

Résultats d’axa

  • 5,829 Md€ (+4 %) Résultat net
  • 5,688 Md€ (+3 %) Résultat opérationnel
  • 197 % (205 %) Ratio de Solvabilité 2
  • 1,16 € par action (+5 %) Dividende
  • 96,5 % (+0,3 point) Ratio combiné


Thomas  Buberl

Thomas Buberl

Directeur général du groupe Axa

Thomas Buberl est né le 24 mars 1973, en Allemagne. 1998 : Master of Business Administration de l’Université Lancaster (Royaume-Uni). 1999 : diplôme de commerce d’Otto Beisheim School of Management – [...]

Lire la suite

Effectuer une autre recherche

Rechercher

article extrait de l’argus de l’assurance

Tous les vendredis, l’information de référence
des institutionnels et des réseaux
 Contactez la rédaction
 Abonnez-vous