precedent Suivant Premier trimestre 2015 : les résultats dans l'assurance (E-dossier) 7 / 13

Résultats : Euler Hermes profite d’une sinistralité favorable au premier trimestre 2015

Par - Publié le

,

,

,

,

,

,

Euler Hermes affiche de bons indicateurs opérationnels au cours du premier trimestre 2015 notamment en raison d'une sinistralité meilleure qu'attendu. L'assureur-crédit s'attend à un recul des défaillances d'entreprises de 2% à fin 2015.

L'assureur-crédit anticipe un recul des défaillances d'entreprises de 2% en 2015.
L'assureur-crédit anticipe un recul des défaillances d'entreprises de 2% en 2015.

La sinistralité du premier trimestre 2015 a soutenu les résultats opérationnels d’Euler Hermes (groupe Allianz). L’assureur-crédit a publié un résultat opérationnel de 121,1 M€ au 31 mars 2015, en progression de 4,1% par rapport au premier trimestre 2014. Le ratio des sinistres net s’élève à 50,8%, en ligne avec celui du trimestre précédent (50,6%) tandis que le ratio des coûts net s’élève à 25,3%, en baisse de 0,2 point. Cette amélioration provient, pour l’essentiel, d’une hausse des commissions de réassurance.

Le résultat net atteint, quant à lui, 87,1 M€, en progression de 5,3%, soutenu par la bonne tenue du résultat opérationnel et d’un taux d’imposition plus faible.

Les émergents, encore et toujours moteurs de la croissance

Au plan commercial, le chiffre d’affaires du groupe ressort à 670,3 M€, en augmentation de 1,4% à taux de change constants. Les régions Amériques, Asie et Moyen-Orient, dont l’ensemble pèse désormais 30% du chiffre d’affaires, ont été les principaux contributeurs de la croissance de l’assureur-crédit sur la période. Les marchés traditionnels européens restent, quant à eux, sous pression.

Perspectives encourageantes

Dans ce contexte, Euler Hermes voit dans l’environnement de taux bas, la faiblesse du prix du pétrole et de l’euro des « facteurs positifs ». Et particulièrement pour la zone euro. Avec quelques limites cependant : « Leurs effets concrets sur la croissance économique et la progression du chiffre d’affaires des assurés ne sont pas encore perceptibles et ne devraient pas l’être avant le second semestre 2015. »

L’assureur-crédit table sur un léger recul des défaillances d’entreprises en 2015, de l’ordre de 2%.


precedent Suivant Premier trimestre 2015 : les résultats dans l'assurance (E-dossier) 7 / 13


Effectuer une autre recherche

Rechercher