Risque incendie : Bernard Spitz remet un oscar

Par - Publié le

,

,

,

,

Le président de la Fédération Française de l’Assurance (FFA), Bernard Spitz, a remis l’Oscar de la sécurité incendie au Centre International Lascaux IV situé en Dordogne. Décerné le 15 juin 2017, ce prix est une initiative de la FFMI (Fédération française des métiers de l’incendie).

Bernard Spitz
Bernard Spitz

Récompenser des gens qui se consacrent à protéger les œuvres et les biens du feu : tel est l’objet de l’oscar de la sécurité incendie, décerné chaque année depuis 24 ans par la Fédération française des métiers de l’incendie (FFMI)*. Jeudi 15 juin, le prix 2017 est revenu au Centre International de l’Art Parietal de Montignac-Lascaux, autrement appelé « Lascaux IV », ouvert au public depuis décembre 2016.

Protéger une architecture semi-enterrée

Fruit de trois ans de travail, ce centre est la réplique complète de la grotte originale. Il subit donc les contraintes d'une architecture complexe en termes de prévention des risques incendie. En effet, le bâtiment est semi-enterré, au pied de la colline de Lascaux. « Nous avons tenu à récompenser ce projet culturel et cette œuvre architecturale ambitieux qui ont supposé une intense collaboration entre les pouvoirs publics et privés », a souligné Régis Cousin, le président de la FFMI. De fait, l’appréhension de ce risque qui a coûté, sur le seul plan matériel, plus de 2 Md€ aux assureurs l’an dernier, nécessite le concours du Ministère de l’intérieur et du logement, des sapeurs-pompiers, des architectes ou encore des… assureurs.

Les assureurs, partenaires historiques de la FFMI

Partie-prenante et partenaire historique de la FFMI, la FFA en la personne de Bernard Spitz, son président, a donc remis ce trophée, non sans émotion quelques jours seulement après le drame de Londres qui a fait au moins 30 morts et de nombreux disparus. « Il s’agit du premier poste d’indemnisation des entreprises et des particuliers. Nous partageons avec la FFMI une mission commune de pédagogie sur les risques, tel que, récemment, l’intérêt les lieux publics, les usines ou les entreprises s'équipent de sprinklers, mais aussi sur les règlementations pour simplifier les normes sans rien céder à la sécurité ».

L’occasion, pour Régis Cousin de louer le modèle français qui repose sur trois piliers :

  • les hommes au premier rang desquels les sapeurs-pompiers
  • le matériel
  • la doctrine règlementaire

Doctrine qui, confirme Régis Cousin, en écho à Bernard Spitz, doit « être rendue plus claire, notamment dans l’échelle des responsabilités juridiques, mais sans dérèglementation sauvage ».

*La FFMI est composée de plusieurs groupements : AFPE2I (association française des professionnels de l'équipement d'incendie et d'intervention), GIFEX (Groupement des fabricants installateurs de systèmes d'extinction automatiques fixes); CSCMMI (chambre syndicale des constructeurs de matériels motorisés d'incendie); GIFSID (sydicat de la sécurité incendie domestique); GEESPI (groupement des entreprises d'études de sécurité et de prévention incendie); GIS (groupement français des installateurs de sprinkleurs); GEFPI (groupement des entreprises de formation prévention au risque incendie); SFPS (syndicat français des professionnels de la signalisation de sécurité); GESI (groupement français des industries électroniques de sécurité incendie); SYFEX (syndicat français des fabricants d'extincteurs fixes et mobiles); GIF (groupement des fabricants installateurs de matériels coupe-feu et d'évacuation des fumées) et le SYPSI (syndicat des professionnels de la sécurité incendie).



Effectuer une autre recherche

Rechercher