precedent Suivant Actualité chargée pour Groupama 21 / 29

S&P dégrade Groupama en "catégorie spéculative"

Par - Mis à jour le 25 juin 2012, à 16h 01 - Publié le

,

,

,

,

,

,

L'agence de notation Standard & Poor’s (S&P) annonce avoir dégradé de deux crans supplémentaires la note de Groupama qui tombe désormais à « BB» (contre « BBB- » jusque-là), soit la catégorie spéculative. La perspective attachée à la note est négative, ce qui signifie que cette notation pourrait à nouveau être abaissée dans les 12 prochains mois si le groupe n’améliore pas sa base de capital ou sa marge de solvabilité réglementaire, ou si ses positions concurrentielles en vie et non-vie se détérioraient.

Mesures insufFisantes

L’agence avait placé Groupama sous surveillance, depuis décembre 2011, avec implication négative, le temps d’étudier les actions entreprises par le management du groupe pour améliorer sa solvabilité. Si les actions stratégiques mises en œuvre ne sont pas remises en cause par S&P, qui les juge positives, elles ne sont, en revanche, pas suffisantes à ses yeux pour restaurer une base de capital en adéquation avec la catégorie de notations dite d’investissement, d’autant que l’environnement économique et financier demeure très compliqué, et que Groupama reste trop exposé aux marchés actions très volatils, et aux obligations souveraines des pays d’Europe du Sud. Et le groupe ne dispose pas, selon l’agence, d’une flexibilité financière suffisante.

Décision paradoxale

L’agence précise qu’elle pourrait réviser la perspective de négative à stable si Groupama  parvient à réaliser l’ensemble des actions planifiées. A ce jour, Groupama Insurances, la filiale britannique, cherche toujours preneur, ainsi que Groupama Transport. Chez Groupama, une note de la direction a été diffusée sur l'intranet, libellée ainsi: « Groupama fait les frais du pessimisme de S&P sur la zone Euro. Dans son communiqué publié ce jour, S&P salue les actions engagées par Groupama pour consolider sa structure financière. Néanmoins, S&P a décidé de dégrader Groupama - comme la plupart des acteurs du secteur financier - en raison de ses anticipations négatives des risques de la zone euro. Groupama déplore cette décision paradoxale qui ne reflète pas le vaste train de mesures engagées depuis plusieurs mois pour consolider sa solvabilité. »

Rythme satisfaisant

« La dégradation de Groupama est étonnante, confirme Nicolas Jacob, analyste chez Oddo Securities. Les mesures annoncées avancent à un rythme satisfaisant, avec la cession de Gan Eurocourtage, de la filiale espagnole Groupama Seguros et de l'immeuble des Champs-Elysées. » Reste que la dégradation de la note de solvabilité de Groupama et son placement en catégorie spéculative pourrait pénaliser l'assureur mutualiste à plus d'un titre. Il va devoir emprunter sur les marchés financiers à des taux plus élevés. Ses coûts de réassurance pourraient également augmenter. Enfin, sa filiale Groupama Transport pourrait, d'après certains experts, perdre des appels d'offres ou subir des annulations de police.


precedent Suivant Actualité chargée pour Groupama 21 / 29


Effectuer une autre recherche

Rechercher