precedent Suivant Les résultats 2011 des assureurs 31 / 59

Sham ne majore pas ses tarifs en RC médicale

Par - Publié le

,

,

,

,

,

,

La mutuelle spécialisée en assurance des établissements de santé termine l’année 2011 sur une hausse de son résultat net de près de 50% et un chiffre d’affaires en légère progression.

Dominique Godet, directeur général de Sham
Dominique Godet, directeur général de Sham

Retour à la normale pour Sham qui avait enregistré une forte baisse de son résultat net en 2010, liée à des provisions pour dépréciation d’actifs financiers. La société d’assurance mutuelle clôture l’année 2011 sur un bénéfice de 19,7 M€, en progression de 49% par rapport à 2010. Son chiffre d’affaires s’établit à 296,9M€, soit une croissance de 2,3% en un an. Autre fait marquant de l’année 2011 : en responsabilité civile médicale, branche qui représente 82% de son chiffre d’affaires, la mutuelle enregistre une baisse de 34% (165,5 M€) de la charge des sinistres. Difficile d’évaluer si cette évolution est d’ordre structurel ou conjoncturel, selon Dominique Godet, directeur général de Sham, car en assurance de risques longs, les résultats d’une année de souscription doivent s’observer dans la durée. Les efforts faits par les établissements de soins en matière de prévention et de maîtrise de risques ont pu également contribuer à l’amélioration de la sinistralité.

Depuis plusieurs années, la mutuelle renforce d’ailleurs ses services d’analyse des risques et de conseil en organisation que ce soit dans le cadre de l’accompagnement de ses sociétaires ou de prestations annexes. Cette tendance plutôt favorable amène la mutuelle à ne pas majorer ses tarifs en 2012, voire à procéder à des baisses ciblées vis-à-vis de sociétaires actifs en matière de prévention des risques.

En 2012, Sham entend poursuivre sa croissance en proposant une offre globale – RC médicale, mais aussi assurance de biens et assurance de personnes – et en diversifiant ses activités sur le secteur médico-social. En parallèle, la mutuelle fait progressivement évoluer sa gestion d’actifs en poursuivant ses investissements dans les sociétés innovantes du secteur de la santé et de la recherche mais aussi de l’immobilier, famille d’actifs qui représente aujourd’hui 3,5% de son portefeuille mais devrait passer à 15% d’ici quelques années.


precedent Suivant Les résultats 2011 des assureurs 31 / 59


Effectuer une autre recherche

Rechercher