Solvabilité 2 : le mutualiste Macif valide son groupe prudentiel

Par - Publié le

,

,

,

,

,

,

La sgam Macif devient la structure de tête du groupe d’assurance. Les structures affiliées représentent les différents métiers d’un mutualiste qui se veut plus que jamais ouvert à de nouvelles alliances.

Alain Montarant, président du groupe Macif :
Alain Montarant, président du groupe Macif : "notre système de gouvernance est résolument mutualiste et permet une représentation proportionnelle transparente, effective et équilibrée des affiliées du groupe".
Mourad Chefail / Macif

L’assemblée  générale du groupe Macif, qui s’est tenu le 17 juin dernier, à Nantes, a validé l’organisation du nouveau groupe prudentiel, exigé par Solvabilité 2. Les assureurs ont jusqu’à la fin de l’année pour transmettre à l’ACPR le schéma retenu pour se conformer à la directive européenne, qui ne bouleverse pas seulement les règles de provisionnement des activités. Sous réserve de l’approbation du régulateur, le groupe Macif se présentera donc au 1er janvier 2018 sous la forme d’une société de groupe d'assurance mutuelle (sgam) – structure faitière – à laquelle sera affiliée la SAM Macif et une union mutualiste de groupe (lire infographie ci-dessous).


Le président de Macif, Alain Montarant, évoque une «évolution majeure » avec un « groupe mutualiste multi-métier». La société d’assurance mutuelle (SAM) regroupe effectivement l’activité IARD alors que l’UMG composée de cinq mutuelles est de fait consacrée à la complémentaire santé et à la prévoyance. Faute de pouvoir rattacher ses sociétés anonymes à la Sgam, Macif a donc réuni ses activités épargne et banque réuni au sein d’un Groupement d'intérêt économique (GIE).
 

Une représentation équilibrée


L’objectif n’est pas seulement de se mettre en conformité avec la règlementation européenne, mais également, selon Alain Montarant, de « renforcer la cohérence du pilotage stratégique » et « faciliter les rapprochements ». « Notre nouvelle structuration se différencie d'autres organisations existantes sur le marché car notre système de gouvernance est résolument mutualiste et permet une représentation proportionnelle transparente, effective et équilibrée des affiliées du groupe », insiste le président  de Macif avant d’ajouter : «Deux critères sont pris en considération pour déterminer la représentativité : le portefeuille (nombre de sociétaires et d'adhérents) et les fonds propres des affiliées de la SGAM et organismes affiliées de l'UMG.»

Discussions avec la MAPA

Concrètement, sur les 18 administrateurs de  la Sgam Macif, 12 seront ainsi issues de la SAM Macif et 6 de l’UMG, alors que l’activité santé-prévoyance, environ 1 Md€, représente 15% du chiffre d’affaires total.  Une clef de répartition qui pourra changer  selon l’évolution des deux pôles. « C’est une sgam de collaboration, plutôt qu’une sgam  intégratrice, une organisation ouverte qui doit favoriser de nouvelle alliance», souligne Jean-Marc Raby, directeur général du groupe. A ce titre, les discussions avec la Mapa, la Mutuelle d'assurance des professions alimentaires,  sont en bonne voie : « Nous avons signé une lettre d’intention commune, mais rien ne sera officialisé avant les assemblées générales 2018 ». Côté assurance de personnes, Couleurs mutuelles, l’union de groupe mutualiste, a vocation à jouer les sas d’entrée dans le groupe.

Les dirigeants effectifs


En sachant, dernière précision,  qu’Alain Montarant  et Jean-Marc Raby seront respectivement président et directeur général des quatre entités,  sgam, SAM, GIE et UMG. Ils assumeront la fonction de  dirigeants effectifs avec le directeur général délégué de la Sgam.  Dans le cas de l’UMG, le vice-président sera également dirigeant effectif. Quant aux fonctions clefs, elles seront assumées au sein de la structure de tête « avec des correspondants au sein de chaque entité ».



Effectuer une autre recherche

Rechercher