Tempêtes : après Ana, Bruno et Carmen, Eleanor devrait causer de nombreux dommages

Par - Publié le

,

,

,

Alors que la France se remet à peine de la tempête Carmen qui avait sévi le 1er janvier 2018, c’est au tour d’Eleanor, la quatrième depuis décembre, de sévir. S'il est trop tôt pour estimer les dégâts, les assureurs habitation s'attendent à connaître un pic de sinistres.

Eleanor est le quatrième épisode climatique qui cause des dégâts en France depuis décembre
Eleanor est le quatrième épisode climatique qui cause des dégâts en France depuis décembre

Après Ana (lire article de l'Argus), Bruno, et dernièrement Carmen qui a frappé la France le lundi 1er janvier, c’est ’une nouvelle tempête, Eleanor, qui a touché la France, ce mercredi 3 janvier. Selon Météo France, la dépression, située à 6h du sur l'est de la Grande-Bretagne, se déplaçait vers le Danemark. Elle a engendré de très fortes rafales de vent qui ont déjà concerné les régions du nord du pays la nuit dernière. Cette zone tempétueuse s'est décalé progressivement sufr les régions du sud-est, des Alpes jusqu'en Corse. Il a ainsi pu être observé des rafales pouvant aller jusqu’à 147 km/h à Cambrai et ce n’est pas moins des vitesses de 170 km/h qui sont attendues, demain, au cap Corse.

Les premières estimations

La tempête pourrait engendrer des avalanches (en particulier sur les Savoies), voir des submersions en bord de mer entre la baie de Seine et le Pas de Calais, par exemple, au moment de la marée haute. S’il est encore trop tôt pour avoir des données chiffrées sur Eleanor, le bilan était déjà humainement lourd, avec un mort et plusieurs blessés.

Concernant les dégâts matériels, il était encore trop tôt pour avoir des chiffrages précis. La Maif a déjà enregistré 750 dossiers, dont 700 impactant les contrats MRH de ses assurés, liés à la seule tempête Carmen. Cette dépression dite « secondaire » d'après la mutuelle, dont la prévisibilité n’était pas forcément simple, a touché en particulier la Gironde (95 dossiers), le Morbihan (66 dossiers) et la Charente (50 dossiers).

Des pics mais pas encore des incidents climatiques jugées exceptionnels

Philippe Fontana, agent général d’Axa France en Gironde constate parmi ses 8 dossiers concernant la tempête Carmen, des cas très inégaux, du petit arbre qui tombe sur un grillage aux déplacements de tuiles en passant par un acrotère d’une société avec bardage en aluminium qui s’est dessoudé. Ce dernier sinistre est le cas le plus grave qu’il a recensé. Il estime, malgré ce pic, qu'il n'y a pour le moment « rien d’exceptionnel ».

Les experts sont, de leur côté, à pied d’œuvres, même si, là encore, « le retour des vacances et les résidences secondaires, rendent pour le moment le chiffrage difficile » nous confie l’un d’eux. Les déclarations de sinistres sont loin d'être toutes parvenues chez les assureurs.


Soyez le 1er à réagir







Effectuer une autre recherche

Rechercher