Thomas Buberl (Axa) : un rapprochement avec Generali n’a « aucun sens »

Par - Publié le

,

,

,

,

,

Le patron d’Axa, l’Allemand Thomas Buberl, nie dans le quotidien « Süddeutsche Zeitung » tout rapprochement avec son rival italien Generali. En revanche, il pourrait imaginer une coopération avec Google.

L'Allemand Thomas Buberl, directeur général du groupe Axa
L'Allemand Thomas Buberl, directeur général du groupe Axa
Luc Castel/AXA
 
Le patron d’Axa a démenti les rumeurs d’un rapprochement avec le groupe italien Generali. Dans une interview accordée ce mardi 4 octobre 2016 au quotidien allemand « Süddeutsche Zeitung », Thomas Buberl a affirmé qu’une reprise de l'assureur Italien Generali n’avait « aucun sens ». Une acquisition de cette taille mobiliserait des capitaux et des personnels qui sont aujourd’hui nécessaires à la restructuration digitale du groupe.
 
« J’ai de bonnes raisons de croire que les concurrents de demain seront Google, Apple et Facebook. Nous devons donc nous préparer à affronter ces nouveaux acteurs. Or, ce n’est pas en reprenant un autre assureur que je pourrais y parvenir », a-t-il déclaré.
 
« Dans cinq ans, il sera trop tard »
 
Le président d’Axa est préoccupé en effet par les « énormes investissements » de Google dans les techniques médicales, notamment celle visant à traiter les maladies chroniques. « Le groupe a une stratégie très précise. Il veut pénétrer le marché de l’assurance santé », prévient-il. 
 
S’il le pouvait, Thomas Buberl coopérerait avec Google. « Si une possibilité s’offrait, je le ferais volontiers », déclare-t-il. « Mais Google n’est qu’un exemple. Il ne faut pas oublier les autres, Amazon, et surtout le Chinois Alibaba. Ces entreprises se posent les mêmes questions que nous. Faut-il investir seuls ? Monter des joint-ventures ou engager des coopérations avec nous pour atteindre plus rapidement les objectifs ? Chez Axa, nous sommes encore capables actuellement de changer le cours des choses. Dans cinq ans, il sera trop tard », ajoute-t-il
 
 « Je n’ai demandé à personne de partir »
 
Thomas Buberl veut donc aller très vite. Pour cette raison, il a décidé de restructurer le groupe français sans ménagement en renvoyant la moitié du directoire dès son arrivée. « Je n’ai demandé à personne de partir », précise-t-il au journal. « Mais c’est vrai que je ne voulais pas attendre deux ans pour pouvoir ensuite changer légèrement l’organisation. J’ai vu ce qui allait et ce qui n’allait pas, c’est clair. Il faut agir et regarder de l’avant. J’ai fait exactement la même chose lorsque j’étais président du groupe en Allemagne ».
 
 

Thomas  Buberl

Thomas Buberl

Directeur général du groupe Axa

Thomas Buberl est né le 24 mars 1973, en Allemagne. 1998 : Master of Business Administration de l’Université Lancaster (Royaume-Uni). 1999 : diplôme de commerce d’Otto Beisheim School of Management – [...]

Lire la suite

Effectuer une autre recherche

Rechercher