Top Santé 2017 : le léger souffle de l'ANI

Par - Publié le

,

,

,

,

,

,

Le basculement du marché vers l’assurance collective, attendu avec la généralisation au 1er janvier 2016 de la couverture santé à tous les salariés, se fait sentir dans les résultats des complémentaires... sans pour autant bousculer leur hiérarchie en profondeur.

vanJekic/Getty
vanJekic/Getty
IvanJekic/Getty Images

Le marché de la complémentaire santé évolue avec l’inertie d’un paquebot. À première vue, notre Top 30 ne subit aucun bouleversement majeur. Dix acteurs restent au même rang (en affaires directes) et la hiérarchie est respectée puisque les membres du Top 10 restent entre eux, Generali toquant désormais à la porte de ce club de milliardaires. On ne compte qu’un seul nouvel entrant dans ce classement, Agrica. Le groupe pro­fessionnel attribue sa bonne ­performance à son offre dite agricole, qu’il assure et qui est distribuée par Groupama et le Crédit agricole. Faut-il le rappeler, si les difficultés de certains secteurs comme l’élevage font régulièrement les gros titres, l’emploi agricole se porte bien. Le contraire du monde des médias, dont la mauvaise santé économique et les nombreux plans sociaux relèguent Audiens du 30 au 33e rang...

Un marché morose

Autre signe de l’inertie du marché, sa faible croissance : celle-ci ressortait déjà, au printemps, des statistiques du Fonds CMU-C. Considérées comme une réfé­rence de l’évolution du marché, ces statistiques avaient créé la surprise avec une progression du marché de seulement 1,3 % en 2016 (à 34,9 Md€), le taux le plus faible depuis leur publication. Cette année, le chiffre d’affaires total du Top 10 pèse 18,2 Md€, en progression de 0,6 %. Sur le Top 30, le chiffre d’affaires total atteint 29,8 Md€, en progression de 2,9 %. Mais une autre donnée vient corroborer le tassement pointé par le Fonds CMU-C : cette année, pas moins de onze acteurs voient leur chiffre d’affai­res (en affaires directes) reculer, contre huit l’an dernier.

Méthodologie

  • Le périmètre retenu est celui de l’activité complémentaire santé en 2016, en France, réalisée par tout type d’organisme (sociétés d’assurances, bancassureurs, mutuelles d’assurances, groupes de protection sociale, mutuelles et unions de mutuelles).
  • Le Top 30 est réalisé sur la base des cotisations de frais de soins, hors taxes (hors couverture maladie universelle et taxe spéciale sur les conventions d’assurances), brutes de réassurance et hors acceptations (« affaires directes »).

Entre le 10e et le 30e rang, quelques acteurs résistent à la morosité ambiante. Generali et Crédit agricole Assurances ­affichent, comme l’an dernier, une progression à deux chiffres, uniquement en croissance ­interne. Quatre autres affichent une croissance à deux chiffres, grâce à des rapprochements. Bien qu’amputée de Sud-Ouest Mutualité, Apicil bénéficie de l’intégration de Gresham (ex-­filiale française de Legal & General), A2VIP (ex-B2V Prévoyance) et de Miel Mutuelle. Klésia voit l’arrivée dans ses comptes de la Mutuelle civile de la Défense (MCDef), transfuge du groupe mutualiste de la fonction publi­que Istya. ­Intériale profite de l’entrée de la LMDE. Ociane, jusqu’alors cantonnée au Sud-Ouest, change de dimension suite à sa fusion avec Matmut Santé Prévoyance, qui fait d’elle la tête de pont du groupe Matmut sur ces métiers.

Il faut entrer dans une lecture détaillée des chiffres pour identifier les signes d’une bascule du marché liée à l’ANI. En individuelle, une courte majorité de 16 acteurs voient leur chiffre d’affaires reculer (contre 12 l’an dernier). Parmi eux, une moitié de mutuelles de livre 2, sans compter les groupes qui, comme Humanis ou AG2R La Mondiale, comptent plusieurs mutuelles en leur sein.

Les mutuelles qui, comme Apréva avec une progression de 0,7 %, tirent leur épingle du jeu le doivent souvent à des choix précis, voire à des particularismes locaux. « Nous avons ­investi sur le courtage et le marché des seniors », indique Christophe Debal, directeur général. Ce dernier cite aussi un facteur propre à la ­région des Hauts-de-France, ­fortement touchée par la précarité, ce qui s’est traduit par un fort développement des contrats ACS, en progression de 24 %.

Globalement, la casse apparaît plutôt limitée sur le marché de l’individuel. « Nous avons sans doute un peu surestimé le transfert vers le collectif », estime Domi­nique Nadal, directeur commercial assurances collectives chez Axa. « La chute est moins rude que prévu », confirme Pierre François, directeur général de Swiss Life Prévoyance et Santé et président du comité santé de la Fédération française de l’assurance (FFA).

Des contrats individuels malgré l’ANI

« Dans les entreprises qui ont mis en place l’offre socle ANI, beaucoup de salariés ont préféré conserver leurs contrats individuels », constate aussi Franck Offredi, directeur assurances de Groupama. Autre constat largement partagé, celui d’un nombre assez important de « nouveaux » contrats collectifs ne prenant pas en charge les ayants droit.

Les évolutions se sont parfois produites de manière plus surprenante : « Nous avons perdu en acceptations de réassurance auprès de courtiers en individuelle et cela n’a pas toujours été remplacé par de la collective. Nous avons par exemple un partenaire dont l’activité de santé individuelle a basculé vers l’assurance chiens et chats », indique Pierre François.

Les chiffres du Top 30 confirment un transfert vers la collective très disparate. Si 21 acteurs voient leur chiffre d’affaires progresser sur ce segment de marché, la palme de la croissance revient aux assureurs et bancassureurs.

Y trouvent-ils vraiment leur compte, alors que le collectif est réputé moins rémunérateur ? Pierre François tempère cette idée largement répandue : « Toutes les affaires nouvelles sont moins rentables en première ­année, du fait des coûts commerciaux de mise en place des contrats. Il faut aussi compter avec les coûts de formation en interne ».

Reste à savoir si ce transfert vers la collective va se poursuivre. ­Difficile d’estimer le nombre d’entreprises non-équipées. « Il doit être marginal, mais depuis quelques s­emaines, le marché a retrouvé un niveau d’activité ­normal après une période d’attentisme », remarque Dominique Nadal. Bruno Liger-Belair, directeur général d’Uniprévoyance, parie, quant à lui, sur un marché animé. « Il y aura une redistribution des ­premiers contrats ANI qui avaient été sous-tarifés, ainsi que des opportunités sur les grands comptes avec la fin de la période transitoire de mise en conformité des contrats responsables ». Mais c’est surtout une nouvelle ère d’incertitude qui semble s’ouvrir. « La manière dont le gouvernement conduira son agenda de réformes peut encore largement recomposer le marché », souligne Franck ­Offredi.

Mercato à tous les étages...

Le visage du Top 30 devrait rapidement évoluer sous l’influence des rapprochements en cours dans le monde mutualiste et paritaire. La création d’une union mutualiste de groupe (UMG) entre Harmonie Mutuelle, la MGEN et les autres mutuelles d’Istya ayant pris du retard, c’est l’UMG Aesio (Adréa, Apréva et Eovi-MCD) qui fera son entrée en premier dans le classement. L’union est opérationnelle depuis le 1er novembre dernier, sachant qu’elle devait être rejointe par Solimut qui se fait attendre. Depuis l’échec des rapprochements entre La Mutuelle générale et Malakoff Médéric, ainsi qu’entre MNH et Groupe Pasteur mutualité, ce sont les seuls projets d’ampleur connus. Mais les paritaires et mutualistes sont tous à l’affût : « Nous sommes très intéressés par les mutuelles », témoigne Bruno Liger-Belair, directeur général d’Uniprévoyance, qui a créé en décembre dernier la société de groupe assurantiel de protection sociale (Sgaps) Ugo avec la mutuelle Smatis. À mi-juin, la Mutuelle des chambres de commerce et d’Industrie (MCCI, 45 M€ de CA) vient de décider de rejoindre Ugo. M. Liger-Belair souhaite créer des synergies avec cette mutuelle, en jouant sur le pouvoir de séduction de la marque CCI auprès des entreprises. Et peut-être aussi attirer d’autres mutuelles.

 

 

 

 


Pierre François

Pierre François

Directeur général de Swiss Life Prévoyance et Santé

Pierre François est né le 28 juin 1967. Diplômé de l'Ecole Polytechnique. Diplôme de l’École Nationale de la Statistique et de l’Administration Économique [...]

Lire la suite
Bruno Liger-Belair

Bruno Liger-Belair

Directeur général d'Uniprévoyance et directeur général délégué du groupe UGO

Bruno Liger-Belair est né en 1966. 1988 : Licence en droit privé de l'Université de Caen (Basse Normandie). 1991 : Diplôme de l’ESC Tours (Devenu ESCEM Ecole de Management). 2004-06 : [...]

Lire la suite
Franck  Offredi

Franck Offredi

Directeur assurances Groupama SA

Diplôme de l’École des hautes études commerciales (HEC). 1990-94 : directeur du marketing IARD de GMF Assurances. 1994-99 : directeur régional Ouest de GMF Assurances. 1999-2003 : [...]

Lire la suite

Effectuer une autre recherche

Rechercher

article extrait de l’argus de l’assurance

Tous les vendredis, l’information de référence
des institutionnels et des réseaux
 Contactez la rédaction
 Abonnez-vous