Les Français perplexes face aux produits d'épargne

Par GÉRALDINE VIAL 
Publié le : 06/02/2013  Document paru le : 06/02/2013 

NOUVEAU | Epargne & Retraite

L’édition 2013 du Baromètre annuel du Cercle des Epargnants, réalisé par CSA/CECOP, montre la perplexité des Français face aux vecteurs d’épargne disponibles sur le marché.

 

Si les Français citent la retraite comme leur priorité de financement pour les années à venir, force est de constater qu’ils semblent un peu perdus sur le vecteur d’épargne idéal. Une perplexité qui profite, par défaut, aux livrets défiscalisés comme le Livret A ou le LDD.

 

Tel est l’un des principaux enseignements de l’édition 2013 du Baromètre annuel du Cercle des épargnants, réalisé par CSA/CECOP. « Une perplexité s’est installée sur les différents produits », confirme Philippe Crevel, directeur général du Cercle des Epargnants.

 

 

Les Français estiment que la retraite est leur priorité de financement pour les prochaines années.

 

 

Pour autant, près de la moitié d’entre eux ne compte pas épargner d’avantage. Seuls 31% envisagent de le faire.

 

 

Et s’ils épargnent, c’est d’abord pour pouvoir faire face à un imprévu ou aider leur famille, et donc dans une logique de précaution. La retraite et la dépendance, jugées comme des préoccupations de plus long terme, n’interviennent qu’en troisième position. 15% disent ne pas épargner du tout.

 

 

Logiquement, les  livrets d’épargne défiscalisés restent les vecteurs d’épargne les plus spontanés. L’assurance-vie perd un peu de sa superbe (64% des Français disent ne pas envisager souscrire un contrat en euros, et ils sont 72% pour les contrats en unités de compte), et le PERP reste marginal (près de 80% se disent non intéressés).

 

 

Pourtant, près de la moitié des Français n’envisagent pas de mettre plus d’argent sur leur livret A ou leur LDD cette année. Moins du quart disent vouloir profiter du relèvement des plafonds.

 

 

Ceux qui disposent d’une assurance-vie comptent la garder : ainsi, 87 % n'envisagent pas d'effectuer de retrait important sur leur contrat.

 

 

Et dans tous les cas, les avantages fiscaux des livrets défiscalisés et de l’assurance-vie restent plébiscités, avant ceux accordés à l'épargne retraite (PERP et Madelin).

 

 

Rechercher une donnée :

Classements