Les retraités français surestiment leurs revenus (Etude HSBC)

Par GÉRALDINE VIAL 
Publié le : 23/09/2013  Document paru le : 22/09/2013 

épargne retraite | HSBC

Le second volet de l’étude 2013 d’HSBC sur l’avenir des retraites porte sur la période de transition entre la vie active et la retraite ainsi que sur le décalage entre la réalité des retraités et les aspirations des actifs qui la préparent. Le rapport 2013, «Après la vie active ?» est la neuvième édition du baromètre HSBC. Il est basé sur une enquête menée auprès de plus de 16 000 personnes dans 15 pays entre juillet 2012 et avril 2013. Le rapport France est le résultat d’une enquête menée auprès de plus de 1 000 participants.

FLOU SUr l'âge de départ

Le recul de l’âge du départ à la retraite a été intégré par les Français : les actifs estiment qu’ils prendront leur retraite à 62 ans (contre 60 ans lors de l’enquête 2006). En pratique, 43% d'entre eux ignorent quand ils pourront effectivement prendre leur retraite. Et 12% pensent qu’ils ne pourront jamais se permettre de s’arrêter de travailler.

 

Retraite = baisse des revenus

Pour 76% des retraités, le départ à la retraite a été synonyme d’une baisse des revenus, qui n’a été toutefois suivie d’une baisse des dépenses que pour 41% d’entre eux. Près de la moitié (49%) des retraités reconnaissent avoir surestimé le revenu qu’ils percevraient pendant leur retraite. Pourtant, seuls 39% des Français regrettent leur manque de préparation, contre 70% en moyenne dans le reste du monde.

 

 

L’exception française

L’exception française demeure… pour l’instant. Les retraités français déclarent que les régimes publics de retraite contribuent à hauteur de 83% de leurs revenus, loin devant les autres pays, puisque la moyenne mondiale se situe à 37%. Les actifs français se préparent cependant à des temps plus durs : 57% pensent que la contribution des régimes publics ne sera plus que de 57% de leurs revenus lorsqu’ils seront eux-mêmes à la retraite.

 

 

A noter que la France fait aussi figure d’exception en matière de flux financiers trans-générationnels : 78% déclarent ne jamais avoir reçu de don ou de prêt de la part de leurs parents ou proches. Symétriquement, seul 1 retraité français sur 5 déclare soutenir financièrement ses enfants, contre près d’1 sur 3 en moyenne dans le monde.

 

 

Retrouvez l'étude HSBC sur les retraites en image.

 

Rechercher une donnée :

Classements