Assurance Loyers Impayés (Maif)

Publié le : 25/04/2013  Document paru le : 25/04/2013 

Maif | Habitation | mutuelles d'assurance

Assurance Loyers Impayés (Maif)

Assurance Loyers Impayés (Maif)

En mars, la Maif a lancé son Assurance des loyers impayés couvrant une vaste palette de risques afférents à la mise en location d’un patrimoine immobilier.

 

Tout propriétaire de logement hésite aujourd’hui à mettre en location un ou des bien(s) qu’il n’utilise pas, malgré des niveaux moyens de loyer élevés. Ceux qui y renoncent craignent les locataires en peine de payer leur loyer, qu’il leur sera difficile et long d’expulser. Voilà ce qui donne tout son sens à cette nouvelle réponse aux demandes d’assurance de sociétaires, et qui est également susceptible de les fidéliser.
 

Objet du contrat

Assurance des loyers impayés de la Maif fournit aux bailleurs gestionnaires intéressés par une sécurisation de leurs revenus immobiliers quatre garanties majeures directement incluses, éventuellement complétées par une option. Les premières prennent en charge les loyers impayés, les dégradations immobilières, le recours et la protection juridique. L’option inoccupation indemnise dans certains cas la perte de loyers due au départ d’un locataire.
 

Cible

Le contrat vise les propriétaires bailleurs membres de l’Éducation nationale ayant un besoin impératif de régularité et de fiabilité de leurs revenus locatifs, parce qu’ils servent à rembourser un emprunt, financer les études d’enfants ou petits enfants, compléter une pension relativement faible ou qui a été amputée (adhérents du Cref).
 

Contenu

En une formule unique, sont couvert les loyers impayés, sans franchise ni plafond (ce qui est rare), les dégradations immobilières et une protection juridique en cas de conflit avec un locataire. En cas de défaillance dans le paiement du loyer, l’assureur intervient et prend en charge les pertes corrélatives du bailleur, ainsi que les taxes et charges qu’il ne peut pas récupérer. Si des dégradations ont été commises par un locataire, les frais de réparation sont couverts à une double condition: qu’elles portent sur des biens immobiliers faisant l’objet du bail et résultent de la comparaison entre les états des lieux contradictoires établis à l’entrée et à la sortie. S’y ajoute, dans le cadre d’une garantie recours, l’engagement contre le locataire de toute action amiable, puis judiciaire au besoin, susceptible d’obtenir le remboursement des loyers qu’il n’a pas payés et/ou des dégradations qu’il a commises. La protection juridique locative assiste le souscripteur dans la prise en charge amiable, et au besoin judiciaire, de divers litiges possibles entre le bailleur et son locataire. Dans ce cadre, l’assuré doit obtenir l’accord de l’assureur avant la régularisation de toute transaction avec le locataire. En complément aux garanties de base, l’option inoccupation (1,2% du loyer) peut être souscrite pour éviter une perte de revenus en cas de libération anticipée du bien dans certains cas comme un préavis légal réduit ou le décès du locataire. Une vaste catégorie de locataires est acceptée. Il en va ainsi des intermittents du spectacle, qui font parfois partie des sociétaires ou sont des enfants de sociétaires.
 

Commercialisation

Ce contrat, distribué sur le site Internet maif.fr, peut être souscrit en cours d’année et de bail. Il doit être renouvelé à chaque changement delocataire. Les sociétaires peuvent aussi appeler un conseiller. Assurance des loyers impayés est commercialisé en partenariat avec Équité assurances – le porteur du risque –, le gestionnaire des sinistres étant la société de courtage spécialisée Sacapp.
 

Exemple tarifaire

Pour un deux-pièces à Boulogne- Billancourt (92) loué 1500 € par mois, le tarif étant de 2,6% du loyer mensuel charges incluses, la prime annuelle TTC s’élèverait à 468 €. Rappelons que les coûts du contrat et de l’option sont déductibles des revenus fonciers.
 

Notre avis 

Avantages 

 
Limites
  • Certains propriétaires attendent la réforme annoncée par la ministre Cécile Duflot.
  • Les dégradations immobilières indemnisées jusqu’à seulement 7700 €.
  • La Protection juridique plafonnée à 2300 € par sinistre et seuil de 400 €.
  • Pas d’avantage tarifaire pour les bailleurs de plusieurs biens.
     

Le Marché : Peu équipé, peu d'acteurs 
 

Le marché compte 900000 garanties loyers impayés et 300000 garanties des risques locatifs (selon le rapport entre les revenus et le loyer) pour 100M€ de cotisations. Leur taux varie du simple au double (2 à 4% des loyers) selon les garanties, les assureurs et le caractère individuel ou collectif du contrat. Les acteurs sont des assureurs, courtiers et mutuelles (Macif, Solly Azar...), des bancassureurs (Axa Banque, CCF, Crédit agricole, LCL...), des associations (UNPI) et des agences immobilières (Century 21, Orpi, Unis...). L’objectif de la Maif n’est pas de devenir un acteur majeur, mais d’équiper efficacement ses sociétaires, même si certains le sont déjà par des gestionnaires immobiliers. Une MRH sur huit couvre des propriétés non occupées de ses 300000 assurés. Voilà la première cible de la Maif, soit près de 30000 contrats.

 

Rechercher une donnée :

Classements