Contrat d'assurance MMA BTP

Publié le : 16/01/2015  Document paru le : 16/01/2015 

assurance construction | mutuelles d'assurance | MMA

Contrat d'assurance MMA BTP

Contrat d'assurance MMA BTP

MMA rénove ses polices construction. La stratégie vise à couvrir en un seul contrat l’ensemble des besoins d’un type d’entreprises du secteur.

Avec ce nouveau produit lancé en juillet 2014, MMA entend améliorer l’adéquation des garanties aux besoins des clients en leur proposant plusieurs formules profilées ainsi qu’une version à la carte, à établir sur mesure.


Objet du contrat

Le contrat couvre principalement la responsabilité civile des entreprises du bâtiment, y compris décennale et les dommages incendie, dégâts des eaux, vol et vandalisme, dommages électriques… S’y ajoute la garantie des pertes d’exploitation causée par des sinistres variés, dont les dommages corporels, la protection juridique et l’assistance.


Cible


Cette première partie de la refonte de la gamme construction de MMA BTP vise les artisans réalisant un chiffre d’affaires inférieur ou égal à 2 M€. Des offres pour d’autres professionnels du secteur suivront en 2015.


Contenu


Ce contrat comprend la RC en « tout sauf », ainsi qu’une large approche des garanties (performance énergétique, vol sur chantier, continuité d’expertise…), plus un choix d’options, de plafonds et de franchises.

Quatre formules packagées permettent d’offrir des avantages tarifaires en RC et dommages aux bâtiments, tandis qu’une solution à la carte répond à des besoins spécifiques par l’absence de garantie vol, mais l’ajout d’une RC, ou par l’exclusion de la RC Pro, mais avec une RC décennale (RCD). La formule complète traite prioritairement la RCD avec un éventail de garanties complémentaires, obligatoires ou non, mais aussi la RC pro, incluant la RC exploitation et celle des mandataires sociaux. S’y ajoutent les dommages susceptibles d’advenir par les travaux et équipements, avant et après réception, le vol (sur chantier notamment), le bris de glaces et de machines. Sans oublier les pertes d’exploitation et le matériel portable, en extension. Le rééquipement à neuf et les pertes d’exploitation après accident (et maladie, sur demande), ainsi que les pertes d’exploitation après carence des fournisseurs complètent l’ensemble.
 

S’y ajoutent neuf options

– RC exploitation des locaux, si ont été souscrites les seules garanties dommages aux bâtiments ;

– travaux réalisés dans l’Union européenne ;

– performance énergétique ;

– protection juridique (PJ) ;

– PJ étendue ;

– PJ fiscale et à l’égard de l’Urssaf ;

– biens professionnels transportés ;

– aménagements extérieurs ;

– assistance. 
 

…  et trois compléments

– bon fonctionnement. Remplacement dune chaudière ou d’une installation d’énergie solaire gravement défectueuse dans les deux ans suivant son installation ;

– dommages aux existants (causés à une maison lors de la construction d’un étage, d’un sous-sol…) ;

– dommages immatériels (relogement des occupants parfois généré par la mise en jeu de la décennale).

 

Exemple tarifaire

Devis pour un menuisier, propriétaire d’un bâtiment de 200 m2 et réalisant 2 M€ de chiffre d’affaires.  Garanties : RC pro, dommages aux ouvrages soumis ou non à l’obligation d’assurance, dommages avant réception, RC des mandataires sociaux, incendie et risques annexes, dégâts des eaux, tempête-grêleneige, rééquipement à neuf en cas de catastrophe naturelle, vol, vandalisme, bris de glaces et de machines, perte d’exploitation après accident ou maladie, informations juridiques et pratiques.
Prime annuelle TTC : 11 551 €. 


Commercialisation

Les 1 200 agents MMA, dont une partie en délégation complète, ainsi que 600 courtiers actifs en risques professionnels et d’entreprises du BTP via Covéa Risks.

 

NOTRE AVIS
 

AVANTAGES
 

 

 

LIMITES
 

 

LE MARCHÉ À QUAND LE BOUT DU TUNNEL ?

Une conjoncture médiocre réduit l’encaissement de l’assurance construction qui, pour la quatrième fois en cinq ans, s’érode, passant de 2,4 Md€ en 2012 à 2,3 Md€ en 2013(– 4%) et davantage encore en 2014 (– 4,3%). Dans ce climat morose, tout sursaut d’activité dépendra pour partie de mesures gouvernementales. L’ambition de MMA est de croître deux fois plus vite que le marché pour conquérir deux ou trois points de part supplémentaires d’ici à trois ans. Et de consolider ainsi sa troisième place, avec près de 40 000 pros du bâtiment assurés.

Rechercher une donnée :

Classements