L'information, trop précieuse pour être sous-traitée

Par - Publié le

,

,

CGP Soft Corp, société de services informatiques, rassemble 35 cabinets de conseil en gestion de patrimoine associés qui entendent conserver leur indépendance à l'égard des éditeurs de progiciels.

Créée en août 2010 par cinq membres fondateurs, CGP Soft Corp est aujourd'hui fin prête à équiper quinze cabinets de gestion de patrimoine utilisateurs avec la première version de son progiciel CGP Office. Jusqu'ici, rien de très nouveau, si ce n'est que les créateurs et associés sont tous des conseillers en gestion de patrimoine indépendants (CGPI).

Autre originalité de cette structure : les clients sont obligatoirement actionnaires de l'entreprise et participent au développement du progiciel. Ce dernier a été réalisé avec des moyens réduits (300 000 €) et beaucoup de bénévolat, la société n'ayant pas vocation à verser des dividendes ni à dégager des résultats. Quelle mouche a donc piqué ces professionnels déjà fort occupés par leur activité de conseil patrimonial ? « Nous avons été plusieurs confrères à considérer que ce sujet de l'informatique de gestion qui déterminera - au plus haut point - la valeur et le futur de nos cabinets doit être maîtrisé par notre corporation », affirme Pascal Bing, qui préside le conseil d'administration de CGP Soft Corp.

 

Plus sûr chez soi

Les fondateurs estiment que le principal inconvénient des progiciels de gestion dédiés à la profession disponibles sur le marché réside dans l'hébergement du logiciel et des données sur un serveur commun. « Le progiciel n'est pas installé chez le CGPI et ses informations sur ses clients non plus, ce qui n'assure pas la sécurité juridique des données », explique Pascal Bing. Sans compter le risque de revente d'informations à des tiers. Les cabinets ne sont pas non plus à l'abri d'une future hausse des tarifs ni d'une évolution des logiciels qui ne répondrait pas à leurs futurs besoins.

Après avoir investi dans l'aventure, les associés cherchent aujourd'hui à conquérir des clients-associés. Le point mort sera atteint avec 300 adhérents.

UNE ORGANISATION COOPÉRATIVE

  • Le capital de CGP Soft Corp, SSII à but non lucratif, est ouvert à tous les CGPI. Son fonctionnement s'appuie sur la collaboration des associés à travers quatre comités de 4 à 6 membres chacun. Leur rôle est de prendre en compte les besoins des utilisateurs, de développer l'outil informatique, de faire la promotion du projet et de maîtriser ses aspects juridiques et financiers.



Effectuer une autre recherche

Rechercher

article extrait de l’argus de l’assurance

Tous les vendredis, l’information de référence
des institutionnels et des réseaux
 Contactez la rédaction
 Abonnez-vous