Suivant

Intempéries 2013 : les dommages s'accumulent

Par - Publié le

,

,

,

,

,

,

DOSSIER  

Orages et grêle continuent à faire la pluie et le beau temps des assureurs en cette période estivale. Les orages du week-end dernier, dans le sud-ouest de la France, ajoutés à ceux enregistrés le week-end des 27 et 28 juillet dans l'ensemble du pays, continuent d’alourdir la facture : récoltes endommagées, vignobles inutilisables, et de nombreux dommages chez les particuliers.

Il y a un mois, la Macif faisait état de 10 000 dossiers ouverts rien que pour les dégâts liés à la grêle du mois dernier, pour un montant évalué entre 13 et 15 M€. Pour les seuls orages de la fin juillet, Covéa (Maaf, MMA et GMF) recense 23 000 sinistres en MRH et 7 000 en auto. Ces 30 000 dossiers s’ajoutent aux 38 600 sinistres enregistrés suite aux intempéries du mois de juin. Les premières estimations de l’assureur portent le coût moyen des sinistres occasionnés par la grêle à respectivement 2 000 et 1 800 euros en auto et MRH, et celui porté par les dommages dus aux inondations se hisse à 4 000 euros en auto et 8 000 euros en MRH.

La Maif estime entre 60 et 80 M€ le coût des orages de juin

La Maif, qui indique avoir ouvert «21 821 dossiers orages printemps-été 2013» depuis le 1er mai, fait état de 15 000 dossiers pour les orages qui ont sévi dans l’Hexagone entre le 16 au le 21 juin derniers, pour un coût estimé entre 60 et 80 M€. Mais la facture de ces indemnisations massives devrait continuer à s’alourdir, sachant que le groupe mutualiste indique avoir déjà ouvert 8 000 dossiers sur les seuls orages des 27 et 28 juillet derniers : «Compte tenu du fait que nos assurés sont pour certains en vacances et que les sinistres sont survenus pour certains dans des zones avec résidence secondaire (Gironde, Alpes Maritimes etc...) nous n'avons pas encore enregistré l'ensemble des dossiers. Sur ce dernier épisode orageux, nous devrions atteindre les 10 000 dossiers.»

2013, une succession d’intempéries

L’année 2013 présente un bilan météorologique particulièrement difficile, plusieurs arrêtés Cat’ Nat' ayant déjà été prononcés sur les événements climatiques de 2013 en France. Alors que la FFSA fait état d’un taux de sinistralité 2012 pour les assureurs français en forte augmentation à 35 Md€ (+5,1%), les chiffres 2013 vont-ils présenter de meilleurs résultats ? Un sujet très sensible au regard de cette déferlante d’intempéries, qui a commencé dès janvier, avec des épisodes neigeux particulièrement sévères.


Suivant


Effectuer une autre recherche

Rechercher