Suivant

Réassurance

Publié le

,

Drôle d'époque. D'un côté, une crise financière qui pèse sur les actifs et les revenus financiers alors que les exigences réglementaires ne font qu'accroître les besoins en capital. De l'autre, une augmentation de la sinistralité - en fréquence et en sévérité - qui met en péril les résultats techniques alors que la crise jugule les variations tarifaires. Au final, des assureurs, et des réassureurs, pris en étau entre le passif et l'actif de leur bilan. Mais, pour les cédantes, dans un monde où risques financiers, naturels et même technologiques sont de plus en plus interconnectés, la réassurance apparaît plus que jamais comme le moyen de gérer de concert les besoins en capital et la stabilité des résultats. Quant aux courtiers, ils tentent de se frayer un chemin dans les nouveaux besoins des assureurs.


Suivant


Effectuer une autre recherche

Rechercher

article extrait de l’argus de l’assurance

Tous les vendredis, l’information de référence
des institutionnels et des réseaux
 Contactez la rédaction
 Abonnez-vous