Le Cyber appelé à devenir une branche essentielle de l'assurance (Grand Forum)

Par - Publié le

,

,

,

,

,

,

Lors du Grand forum de l’assurance, qui s’est tenu mardi 31 mai 2016 à Paris, les acteurs du grand risque, du risk-management aux compagnies en passant par le courtage, ont remis en question la pertinence des solutions cyber existantes.

Masked computer hacker attacking internet services with binary code illustration
Masked computer hacker attacking internet services with binary code illustration
Mikko Lemola - Fotolia

Lors de la table ronde sur les grands risques au Grand forum de l’assurance, mardi 31 mai 2016, Brigitte Bouquot, présidente de l’Amrae (association pour le management des risques et des assurances de l’entreprise) et risk-manager du groupe Thales, a cité le cyber comme la première des menaces. « C’est peut-être mon tropisme industriel qui a guidé ce choix », a-t-elle nuancé avant de citer le terrorisme en deuxième position et les catastrophes naturelles en troisième. Mais quelques minutes plus tard, Luc Malatre, directeur général Europe de CNA Hardy, complétait également son podium des risques majeurs par le cyber, en citant l’exemple d’une attaque sur un logiciel très répandu qui aurait des répercussions de masse sur ses clients tout en déstabilisant sa propre entreprise.

Un problème de capacités

Du côté des courtiers, Robert Leblanc, PDG d’Aon France en a également profité pour mettre en avant les obstacles du développement de l’offre cyber. « Nous avons davantage un problème d’adéquation de l’offre que de demande, a-t-il souligné. En plus de la question de l’hétérogénéité des solutions proposées, nous faisons face à des limites de capacité : même s’il n’y a pas encore eu de sinistre d’ampleur en France, qui aurait pointé les limites des capacités proposées, nous sentons tous la menace. »

Face à lui, Thierry van Santen, directeur général France d’AGCS, a également repositionné la problématique. « Le cyber est un marché en construction, pour lequel il y a effectivement des demandes. Mais nous avons un problème de distribution ». Allianz a développé un produit cyber destiné aux PME et ETI. « Il faut former les agents et courtiers locaux sur la menace cyber qui ne se limite pas au piratage et au vol de données. »

Le directeur général France d’AGCS a ainsi cité le sabotage industriel comme l’introduction d’un virus sur une plateforme logistique qui bloque la production et compromet des données, et précisé que les offres doivent comprendre une couverture des dommages, des pertes d’exploitation, une prise en charge des frais et des partenariats avec des prestataires. Allianz a, par exemple, noué une alliance avecThales et Axa s'est rapproché d'Airbus.

« Le cyber va devenir une branche essentielle de l’assurance dans les 15 ans à venir », a assuré Thierry van Santen.



Effectuer une autre recherche

Rechercher