AMRAE 2016

AMRAE 2016

Rencontres de l’Amrae : les risk-managers face aux risques systémiques

Par - Publié le

,

,

,

,

,

,

Du 3 au 5 février 2016, l’Amrae - association pour le management des risques et des assurances de l’entreprise - réunira à Lille plus de 2300 participants (risk-managers, assureurs et courtiers). Thème choisi : « Climats à hauts risques ». Les ateliers afférents au terrorisme et au cyber suscitent le plus grand nombre d'inscriptions.

hacker, ordinateur, piratage informatique
hacker, ordinateur, piratage informatique
DR

Quelques mois après la Cop21, les organisateurs des Rencontres de l’Amrae ont choisi le thème « Climats à hauts risques » pour guider les ateliers et séances plénières qui rythmeront ces trois jours de congrès. Un thème que la présidente de l’Amrae, Brigitte Bouquot, risk-manager de Thales, n’a pas voulu restreindre aux risques climatiques. « La COP21, c’est aussi la prise de conscience généralisée que tout « fait système » dans un monde globalisé », assure-t-elle. Une prise de conscience qui se retrouve dans les réservations des ateliers pour les 2380 participants inscrits.

Le terrorisme et le cyber, deux des quatre ateliers ouverts à 300 participants, ont respectivement atteint 67% et 72% de leurs capacités. Cet engouement montre la prise de conscience des entreprises comme des assureurs relative à ces nouveaux risques dont le danger économique reste mal appréhendé et surtout dont la couverture assurantielle reste perfectible! « Nous sommes explicitement entrés dans l’ère des grands risques systémiques », confirme Brigitte Bouquot qui mise sur ce congrès pour véhiculer ce message.

Des outils pratiques

« Les entreprises sont donc aussi en état d’urgence : elles doivent réussir leur transformation énergétique et numérique dans un univers de risques plus complexes où tout s’accélère », développe-t-elle. D’où l’importance de trouver des conseils pratiques et précis. Les ateliers d’ores et déjà complets, mais de moindre capacité, traiteront de la responsabilité des dirigeants et des mandataires sociaux (120 personnes), des indicateurs clefs de la gestion des risques (150 personnes) et du lien entre risk-management et stratégie (140 personnes).

Enfin, au moment où l’Iran s’ouvre aux entreprises françaises, l’atelier intitulé « Mirage persan » ne dispose plus que de quelques sièges de libre (5 sur 80).



Effectuer une autre recherche

Rechercher