Accord sur le climat : l’appel des investisseurs institutionnels à une ratification rapide

Par - Publié le

,

,

,

,

,

,

Quatre mois après la grande conférence pour le climat (COP21) à Paris, un peu plus de 160 pays sont attendus vendredi 22 avril à l'ONU pour signer l'accord de Paris sur le climat. Dans une lettre commune, quelque 400 investisseurs institutionnels mondiaux appellent les Etats à engager dans un court délai les investissements en faveur de la transition énergétique.

Un peu de 160 Etats signeront l'accord sur le climat issu de la COP21 vendredi 22 avril au siège des Nations Unies (New York).
Un peu de 160 Etats signeront l'accord sur le climat issu de la COP21 vendredi 22 avril au siège des Nations Unies (New York).

La finance lance un appel à la communauté internationale. Alors que les chefs d’Etats et de gouvernements sont appelés à signer, vendredi 22 avril au siège de l’ONU, l’accord de Paris issu de la COP21, 400 investisseurs institutionnels mondiaux - fonds de pension, assureurs (dont Axa et Aviva), fonds d’investissements… - représentant 24 000 Md$ d’actifs sous gestion se mobilisent.

Dans une lettre commune adressée à une vingtaine de grands Etats (Etats-Unis, Chine, Japon, Allemagne, France, Inde, Brésil, Canada…), huit associations internationales*, invitent les Etats à ratifier l’accord sur le climat rapidement afin d’enclencher les premiers investissements : « Il est maintenant essentiel que le consensus politique obtenu entre 195 Etats à Paris soit rapidement actionnable. » Et d’ajouter : « Nous aimerions encourager et nous tenir prêt à soutenir votre pays. » Parmi les 195 Etats présents à Paris, environ 160 se rendront à New York pour ratifier l'accord sur le climat.

Flécher les actifs vers le bas carbone

L’intention des investisseurs institutionnels n’est pas politique. Elle vise avant tout à flécher une partie des actifs vers le financement de la transition énergétique. « Les pays qui adhèreront tôt à l’accord de Paris seront les premiers à bénéficier d’une certitude réglementaire, laquelle aidera à attirer des milliards d’investissements pour soutenir l’économie bas carbone. » Une façon à peine voilée de signifier aux gouvernements que les premiers arrivés seront les premiers servis.

Pour rappel, l'accord politique international permet de limiter le réchauffement climatique à +2°C à horizon 2100.

*Les huit associations signataires de la lettre : Institutional investors group on climate change (IIGCC), Asia investor group on climate change (AIGCC), Investor network on climate risk (INCR), Carbon disclosure project, United Nations supported principles for responsible investment (PRI), UNEP-FI (partenariat entre l’ONU et le secteur financier), The investor platform for climate action, IGCC (collaboration entre investisseurs institutionnels entre Australie et Nouvelle-Zélande).



Effectuer une autre recherche

Rechercher