Assurance vie : l’analyse de l’ACPR sur les taux de rendement 2016

Par - Publié le

,

,

,

,

L’étude annuelle de l’ACPR sur les taux de rendement des contrats d’assurance vie révèle un taux moyen de 1,93% en 2016 sur les supports en euros. Pour l’ACPR, les assureurs ont su s’adapter au contexte de taux bas.


ylivdesign - Fotolia

Chaque année, l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) révèle, a posteriori, le taux de revalorisation moyen des contrats d’assurance vie individuels. Pour 2016, il s’établit à 1,93% net de frais mais avant prélèvements sociaux (contre 2,27% en 2015). Un taux légèrement plus élevé que le taux moyen donné par la Fédération française de l’assurance (FFA) en début d’année qui était de 1,80% (bruts d’inflation).

Par rapport à 2015, le recul est donc de 34 points de base. « La plus forte baisse annuelle depuis 2011 », selon le régulateur pour qui cette baisse est « en ligne » avec celle de la rémunération des provisions mathématiques des assureurs (estimée à 34 points de base) « afin de ne pas créer de situations difficilement soutenable à terme », précise l’ACPR.

Après les multiples appels à la prudence de l’ACPR et du Haut conseil de stabilité financière ces derniers mois, les taux de revalorisation 2016 reflète l’adaptation des assureurs à la situation de taux bas, constate le régulateur.

Un taux médian de 1,80% en 2016

Selon l’étude, 30 % des provisions mathématiques des contrats d’assurance vie affichent un taux de revalorisation net supérieur ou égal à 2,2 % en 2016 pour un taux médian de 1,8%. 69 % des provisions mathématiques ont été rémunérées en 2016 à un taux de revalorisation net supérieur à 1,5 %, contre 87 % en 2015.

Plus précisément, les assureurs et les mutuelles servent un taux supérieur à la moyenne du marché « tout en suivant le mouvement de baisse des taux de revalorisation nets de l’ensemble du marché », indique l’étude avec respectivement une moyenne de 2,26% et 2,57%. Sans surprise, les taux servis par les bancassureurs sont parmi les plus faibles du marché (1,73%). Pour l’ACPR, « les bancassureurs ont une clientèle généralement moins mobiles pour laquelle le taux de rendement de référence est souvent celui du livret A ».

Les contrats fermés à la souscription deviennent plus intéressants

Enfin, autre enseignement de l’étude, les contrats d’assurance vie fermés à la commercialisation ont servi une revalorisation moyenne de 1,99% en 2016 inversant la tendance qui prévalait jusqu’à maintenant, à savoir que les taux servis sur les contrats ouverts aux souscriptions étaient plus élevés que ceux servis sur les contrats fermés. Pour l’ACPR, cela peut s’expliquer pour partie « par des taux techniques plus importants sur ces contrats ».

 



Effectuer une autre recherche

Rechercher