Assurance vie : le Haut Conseil de la stabilité financière plaide pour des rendements 2014 «en ligne» avec le marché

Par - Publié le

,

,

,

,

,


© Thinkstock

A l’issue de sa troisième réunion, jeudi 11 décembre, le Haut Conseil de la stabilité financière (HCSF) – créé par la loi bancaire de juillet 2013 et installé depuis juin 2014 (voir encadré) – a publié un communiqué dans lequel il prône une certaine modération des taux de rendements des fonds euros des contrats d’assurance vie. Il y note en effet «l’importance pour les assureurs de faire évoluer le taux de rémunération des contrats d’assurance vie en ligne avec les conditions de marché», à l’instar de ce qu’avait préconisé Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France, il y a quelques semaines.

Gare à l'environnement de taux bas 

Il constate cependant que «l’existence de garanties de rendement minimal dans les contrats d’assurance vie est limitée» et n'identifie pas «à ce stade de risque systémique», contrairement par exemple au marché de l’assurance vie en Allemagne, dont le principal ressort reposait sur les taux minimums garantis.

Le HCSF «continue de veiller à ce que l’environnement de taux d’intérêt bas ne conduise pas à des prises excessives de risques financiers, aussi bien au sein des institutions financières que sur les marchés, ni à une fragilisation de certaines institutions financières», poursuit le communiqué.

Les taux de rendement 2014 se font attendre 

Cette nouvelle prise de position des pouvoirs publics ne devrait pas faciliter les décisions des assureurs actuellement en plein arbitrage sur les taux de rendement 2014. D’ailleurs, alors que les années précédentes, les premières annonces des taux étaient effectuées dès la fin novembre, cette année, elles tardent à venir, les assureurs observant notamment jusqu’à la fin de l’année comment évoluent les marchés boursiers, très volatiles ces dernières semaines. 

Les premiers taux de rendement devraient être divulgués début janvier. La MACSF a d’ores et déjà indiqué qu’elle annoncera son taux le 13 janvier, l'Afer, le 14 janvier, ou encore le Conservateur, le 22 janvier. Certains spécialistes évoquent des taux à partir de 1,30% pour les rémunérations les plus basses et un taux moyen entre 2,20% et 2,50% (contre 2,80% en 2013). 

Dans son communiqué, il a également noté «la persistance de risques géopolitiques» tout en notant que «les expositions du secteur financier français vis-à-vis de ces risques sont limitées» et «continue de suivre attentivement l’évolution du marché immobilier».

Le HCSF veille au secteur financier
Créé par la loi bancaire de juillet 2013, le HCSF est présidé par Michel Sapin, ministre des Finances et des Comptes publics. Il rassemble Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France, par ailleurs président de l’ACPR, et Gérard Rameix, président de l’AMF, mais aussi le vice-président de l'ACPR, le président de l'Autorité des normes comptables ainsi que trois personnalités qualifiées. Il se réunit une fois par trimestre et a pour mission d’analyser les risques et vulnérabilités potentielles du secteur financier français : banques, assurances et système financier parallèle.

 



Effectuer une autre recherche

Rechercher